La maintenance 4.0 à la rescousse du MTBF

Le MTBF (Mean Time Between Failure) se définit par le temps moyen entre le début d’une réparation et la panne suivante. Peu de gestionnaires de maintenance utilisent le MTBF car qu’ils manquent d’outils pour le mesurer facilement. Dans cet article, Andromedia Technologies explique pourquoi les technologies de la maintenance 4.0 deviennent toutes désignées pour simplifier le calcul et le suivi de vos indicateurs de performance en maintenance, dont le MTBF, et surtout, comment ces technologies contribuent à l’améliorer.

Supposons que vous avez obtenu le budget pour installer et mettre en service une nouvelle machine dernier cri. Vous la mettez au travail 24 heures sur 24 jusqu’à ce qu’elle s’arrête. Dans cette expérience de fiabilité, vous notez qu’elle s’est arrêtée après 120 heures. Vous réparez et vous la repartez. Cette fois, elle cesse sa production après 140 heures. Vous réparez à nouveau et réussissez à atteindre un temps productif (uptime) de 150 heures. Votre calcul de MTFB se détermine donc comme suit :

MTBF = Total du temps productif / nombre de pannes

MTBF = 120h + 140h + 150 h / 3 pannes = 137 heures en moyenne

Ceci nous indique que ce type de machine risque de présenter une défaillance toutes les 137 heures.

Pour augmenter le nombre d’heures entre deux pannes, différentes actions d’amélioration peuvent être mises en place telles que la maintenance préventive, les activités de type Kaizen, la documentation et l’analyse de l’historique de bris et de maintenance à l’aide du logiciel de maintenance (GMAO) ainsi que les actions préventives et correctives.

Pour s’améliorer, il faut se mesurer ! C’est assez facile à calculer le MTBF avec les 3 machines neuves au début, mais beaucoup plus difficiles avec des équipes réduites qui doivent gérer un énorme parc machine vieillissant.

Les technologies de la maintenance 4.0 à la rescousse du MTBF

Avec les nouvelles technologies de la maintenance 4.0, il est beaucoup plus facile de le calculer, mais aussi de l’améliorer en continu. La combinaison des méthodes classiques et des nouvelles technologies 4.0 peut définitivement vous permettre d’augmenter significativement le MTBF de votre parc machine.

Par exemple, les capteurs de vibration trois axes (XYZ) et température envoient leurs données, vers un récepteur (gateway), puis vers l’historien numérique. Ce dernier calcule et analyse en continu :

  • Le temps productif de chaque machine, basé sur un certain seuil minimal de vibration ;
  • L’évolution de la température, pour voir venir une défaillance imminente (3 jours et moins) ;
  • La vibration XYZ afin de prédire un risque de défaillance ;
  • L’analyse de fréquence des vibrations afin de déterminer les causes racines de défaillance;
  • Le déclenchement de demande de bon de travail Urgent (moins de 3 jours) ou prédictif (moins de 45 jours) vers votre GMAO.

Pour lire l’article complet, cliquez ici.

 

 

Partagez l'article :