Comment l’électrification transformera-t-elle le secteur du transport ?

Un article de Merkur

Autant le gouvernement provincial que fédéral cumulent les annonces et les investissements en matière de mobilité durable. Cette volonté gouvernementale pour l’électrification des transports change la donne pour de nombreux manufacturiers québécois. Parmi eux, des fleurons québécois qui rayonnent à l’international tels que BRP, Lion Electric et Nova Bus – pour ne nommer que ceux-ci – accélèrent ce virage par des projets et produits ambitieux. Mais comment ce virage vert se traduit-il concrètement pour les manufacturiers (OEM), les sous-traitants, et en ce qui concerne la main-d’œuvre ?

1. Changements chez les manufacturiers (OEM)

L’électrification des transports apporte avec elle son lot de défis et d’enjeux pour les manufacturiers québécois. Tout ce qui touche les batteries et la gestion de l’énergie des différents véhicules hybrides ou électriques doit être apprivoisé et maîtrisé. Si on pense aux véhicules à moteur thermique, une génération de véhicules connue et optimisée depuis fort longtemps, les améliorations que nous pouvons y apporter sont limitées. Quant aux véhicules électriques, les possibilités sont nouvelles et infinies !

De plus, la quantité de nouveaux systèmes à développer pour un véhicule électrique est considérable. Bon nombre des systèmes communs équipant généralement les véhicules, tels que chauffage, climatisation et direction assistée, ne peuvent compter sur une motorisation à combustion pour leur fonctionnement. Ces systèmes doivent être autonomes et s’en remettre à une alimentation électrique pour accomplir leurs tâches. Ceci a un impact direct sur l’ingénierie, l’assemblage et la réparation. L’ajout de batteries très lourdes, comparativement à un véhicule avec un moteur à essence, nécessite de repenser à la répartition de poids, autant pour un véhicule de transit qu’un véhicule récréatif.  Ces facteurs font en sorte que le développement de véhicule électrique doit nécessairement passer par de nouvelles plateformes, ce qui nécessite beaucoup de temps et d’investissement. Ce temps de développement peut toutefois être réduit en s’associant avec les bons sous-traitants.

2. Changements chez les sous-traitants 

De nombreuses opportunités s’offrent aux sous-traitants avec ce virage vers la mobilité électrique. Plusieurs composantes qui ne sont pas compatibles avec la motorisation électrique doivent être adaptées ou encore inventées ! Il est temps plus que jamais pour les sous-traitants de se réinventer et d’ouvrir ses horizons pour développer de nouvelles composantes, matériaux et procédés afin de répondre à la demande accrue du secteur des transports électriques et des systèmes intelligents que leurs clients demandent (harnais, câblages, instrumentation, systèmes de contrôle, connectivité, etc.). L’augmentation des capacités tout en maintenant un haut standard de qualité dans l’industrie nécessitera l’avènement de nouveaux joueurs au Québec. À vous d’embarquer dans la vague !

Outre les véhicules électriques, il faut penser également à tout ce qui englobe les infrastructures de recharge, les bornes, la connectivité des véhicules entre eux (V2V), au système (V2S) et à la grille (V2G). Il y a beaucoup de potentiel d’innovation à ce niveau et les sous-traitants ont tout intérêt à s’y intéresser et à tirer avantage de cette transformation.

3. Changements au niveau de la main-d’œuvre

Le secteur des transports électriques et intelligents (TEI) aura nécessairement besoin de maillons forts pour se développer à son plein potentiel. Les besoins en main-d’œuvre qualifiée, polyvalente et novatrice se font déjà sentir. Les entreprises recherchent actuellement des candidats ayant des compétences dans les domaines de l’électrique avec les systèmes de la mécanique, de la mécatronique, des systèmes embarqués et de la connectivité. Plusieurs postes nécessitent ces compétences et différentes formations professionnelles, collégiales et universitaires sont disponibles et axées spécifiquement sur les besoins de l’industrie des transports électriques et intelligents au Québec.

Il s’agit d’une opportunité exceptionnelle de participer à cette transition complètement nouvelle vers une mobilité à développer pour un futur meilleur. Nous sommes au tout début de cette transformation et TOUT est à faire ! Œuvrer dans le secteur du transport électrique offre des défis stimulants au niveau de l’ingénierie et du développement, que ce soit au niveau du câblage, de la gestion de la puissance, des technologies numériques et de la motorisation. Il y en a pour tous les goûts ! De nombreux travailleurs actuels peuvent aisément transposer leurs connaissances et leur expérience dans le secteur des TEI.

Pour lire l’article complet : cliquez ici.

Partagez l'article :