Les bonnes nouvelles de l’industrie

Boulangerie St-Donat, Alice&Ambre, Lithion, Rio Tinto, STAS, EVSX, Nova Bus, Custom Diamond International (CDI), The Diamond Group, Clôture Abitem, Mécanicad, OSBlock, Industries Stéma-Pro, à Ray Métal, Acier Rayco (2016), L’Atelier du Bronz, Tôle Art, Acier Fati, SVA, Distillerie du St. Laurent

 

 

Le gouvernement du Canada, plus près que jamais des industries agroalimentaire et touristique de Lanaudière et des Laurentides

Dans Lanaudière et les Laurentides, les industries agroalimentaire et touristique comptent plusieurs entreprises et organismes dynamiques aux idées novatrices dont le travail contribue à la renommée de ces régions partout au pays. Éprouvés par les défis engendrés par la COVID-19, ils sont maintenant prêts à rebondir.

Deux entreprises et deux organismes bénéficient de plus de 1,1 M$ en soutien à des projets porteurs pour les secteurs agroalimentaire et touristique

L’aide accordée se détaille comme suit :

Boulangerie St-Donat, 600 000 $, contribution remboursable. L’aide de DEC permettra à l’entreprise d’acquérir de nouveaux équipements de production numériques et robotisés (deux lignes d’emballage automatisées, des fours de cuisson et un système de réfrigération). Ce projet, qui vise à améliorer la croissance et la capacité de production de l’entreprise, mènera à la création et au maintien de 10 emplois.

Parc régional Montagne du Diable, 360 000 $, contribution non remboursable. L’aide de DEC permettra à l’organisme d’ériger une tour d’observation au sommet de la Montagne du Diable et d’acquérir une navette de quinze passagers pour en faciliter l’accès.

Alice&Ambre, 100 000 $, contribution remboursable. L’aide de DEC permettra à l’entreprise d’acquérir des équipements de production (notamment : fours de cuisson et chambre froide) et de se doter d’un fonds de roulement pour entamer ses activités opérationnelles.

Corporation du Parc du Poisson Blanc, 80 000 $, contribution non remboursable. L’aide de DEC permettra à l’organisme d’effectuer des travaux de réfection des sentiers pédestres, de mise à niveau de la signalisation, de rénovation du belvédère et d’agrandissement du stationnement.

Source : Développement économique Canada, 19-02-2021


Des Montréalais s’imposent dans le recyclage des batteries

Les constructeurs d’automobiles ont à peu près tous l’objectif de vendre annuellement des millions de véhicules électriques dès 2025. Où vont-ils trouver tout ce nickel, ce cobalt et ce lithium? Une partie de la réponse se trouve à Anjou, où Lithion a ouvert une usine qui démontre les vertus de sa technologie de recyclage des piles au lithium-ion usagées.

Lithion a ouvert il y a un an exactement cette usine d’Anjou qui fonctionne en deux temps : d’abord, elle réduit en poudre des piles usagées. Ensuite, elle transforme cette poudre en matériaux qui peuvent être réutilisés dans la fabrication de piles neuves.

Elle récupère jusqu’à 95 % des composants des piles qu’elle reçoit, assure Lithion, ce qui en fait un leader nord-américain du recyclage de batteries.

Cette usine a recyclé 200 tonnes de batteries en un an, ce qui est peu. Ses dirigeants expliquent qu’il s’agit d’un projet de démonstration et qu’une « vraie » usine devrait être construite d’ici 2023, qui recyclera annuellement 7500 tonnes de matériaux, soit l’équivalent des piles de 20 000 véhicules électriques ou hybrides branchables.
Lithion devrait annoncer dans les prochains jours qu’un des principaux constructeurs de véhicules établis au Canada se joindra à son projet de recyclage de batteries.

Source : La Presse Plus, 22-02-2021


Rio Tinto annonce 105 M$ pour moderniser les installations de Port-Alfred

La multinationale Rio Tinto investit 105 millions de dollars pour la modernisation des installations portuaires de Port-Alfred, dans l’arrondissement de La Baie, à Saguenay.

Les quais de Port-Alfred constituent un point central pour l’entreprise, puisqu’ils permettent notamment de recevoir et de décharger les matières premières qui servent à la production d’aluminium.

Le transport maritime est vraiment névralgique pour notre industrie; la modernisation des quais, c’est d’abord et avant tout un investissement dans la sécurité, a indiqué le directeur des opérations à l’usine Vaudreuil, Martin Lavoie.

Martin Lavoie a précisé qu’une plateforme pour amarrer les navires serait ajoutée au quai Duncan et qu’un nouveau système de déchargement qui comprend notamment deux convoyeurs aériens est prévu au quai Powell.

Au sommet des travaux, on parle d’une centaine de travailleurs de la construction sur le chantier, qui se fera avec la poursuite des opérations.

Le directeur exécutif des opérations Québec chez Rio Tinto, Sébastien Ross, estime que les retombées économiques s’élèveront à 60 millions de dollars pour la région.

Le chantier devrait commencer au mois d’avril 2021, et Rio Tinto espère terminer les travaux en décembre 2022.

Source : ICI Radio Canada, 18-02-2021


STAS fabrique sa première lingotière pour la Pologne

Après avoir acquis des technologies de coulée de lingots et de truies auprès de la société australienne odt Engineering au coût de plusieurs centaines de milliers de dollars en 2018, STAS(le lien est externe) a fabriqué sa première lingotière dont la mise en service a eu lieu tout récemment dans une usine de production secondaire d’aluminium en Pologne.

Le design de la machine a été fait au Québec et en Australie alors que son assemblage final s’est effectué en France, avec un premier client en Pologne, nécessitant ainsi toute une logistique et un travail d’équipe malgré les décalages horaires. Une fois assemblée en France pour faire les tests, la lingotière a été démantelée, expédiée en Pologne et réassemblée.

Le directeur des ventes et de marketing souligne que des pourparlers pour d’éventuels nouveaux clients sont en cours, à la fois pour des lingotières et des machines pour couler des gueuses. « Une gueuse est de l’aluminium solidifié, mais en 450 kilos, comparativement de 6 à 8 kilos pour le lingot. Le marché est ouvert en Amérique du Nord, en Europe et au Moyen-Orient. Nous n’avons pas de prospect au Québec, car les producteurs d’aluminium ont déjà des machines leur permettant de faire cela.

Soulignons enfin que la valeur d’une lingotière est de plus de 2 M$.

Source : Informe Affaires, 17-02-2021


Une usine de recyclage de batteries à Baie-Comeau?

La Corporation éco-minière St-Georges, par le biais de sa filiale EVSX, a dévoilé mercredi après-midi son intention d’ériger une usine de recyclage de batteries de véhicules électriques à Baie-Comeau. Mais avant d’en arriver là, l’entreprise lance une étude de faisabilité.

Cette étude, qui devrait s’amorcer début mars, démontrera s’il est rentable ou non de construire une telle usine à Baie-Comeau. La première phase du projet d’usine est évaluée entre 5 et 10 M$, a révélé le directeur et chef des opérations de la corporation, Frank Dumas, né dans le quartier St-Georges de Baie-Comeau, d’où le nom de son entreprise.

Source : Le Manic, 17-02-2021


Nova Bus reçoit l’approbation de la Chicago Transit Authority pour l’achat d’un maximum de 600 autobus

Nova Bus, chef de file dans la fabrication d’autobus urbains en Amérique du Nord, est heureuse de confirmer que le Chicago Transit Board a approuvé l’achat d’un maximum de 600 nouveaux autobus Nova Bus de 40 pieds au diesel propre. Ces autobus aideront la Chicago Transit Authority (CTA), le deuxième plus grand système de transport urbain des États-Unis qui couvre la ville de Chicago et 35 banlieues environnantes, dans son effort continu de modernisation de sa flotte au profit des clients et de la réduction des coûts de maintenance.

Cette décision prévoit l’achat d’au moins 100 autobus et des options pour l’achat de 500 autobus supplémentaires au diesel propre, ce qui permettra à la CTA de maintenir un service sécuritaire et fiable tout en retirant progressivement les autobus les plus anciens de sa flotte. La CTA prévoit de recevoir les premiers autobus pilotes dans les prochains mois, les livraisons commençant au début de l’année 2022.

Les nouveaux autobus de 40 pieds LFS seront semblables à ceux qui ont été ajoutés au parc de la CTA en 2018, mais ils offrent de nombreuses caractéristiques visant à améliorer l’expérience du client et à promouvoir la sécurité, notamment des améliorations aux rampes d’accès pour les fauteuils roulants à la porte d’entrée, une plus grande surface et une pente réduite, ce qui facilite l’utilisation des fauteuils roulants.

Source : Nova Bus, 12-02-2021


Soutien à Custom Diamond International

À Laval, l’industrie des produits métalliques compte plusieurs entreprises dynamiques aux idées novatrices dont le travail contribue à la renommée de la région partout au pays. Éprouvées par les défis engendrés par la COVID-19, ces PME sont maintenant prêtes à rebondir.

Dans cette optique, Annie Koutrakis, députée de Vimy, au nom de la ministre du Développement économique et des Langues officielles, l’honorable Mélanie Joly, a annoncé aujourd’hui un appui financier de 350 000 $ à Custom Diamond International. Cette contribution remboursable permettra à l’entreprise d’acquérir et d’installer de nouvelles machines et de nouveaux équipements de fabrication, dont trois équipements de production CNC avec générateur pour la réalisation plus rapide de tâches plus complexes. Le projet, qui vise à accroître la productivité de l’entreprise, mènera à la création de 20 emplois.

Créée en 1997 à Laval, Custom Diamond International (CDI) est membre de l’entreprise familiale The Diamond Group, l’un des principaux fabricants de contenants en acier inoxydable destinés à la restauration en Amérique du Nord depuis plus de 85 ans. Aujourd’hui, CDI est à la fois concepteur, fabricant et fournisseur de présentoirs, d’équipements médicaux et de laboratoire, de même que de produits sur mesure en acier inoxydable pour le commerce de détail.

Source : Développement économique Canada, 12-02-2021


Le gouvernement du Canada : plus près que jamais de l’industrie minière de l’Abitibi-Témiscamingue

En Abitibi-Témiscamingue, l’industrie minière compte plusieurs entreprises dynamiques aux idées novatrices dont le travail contribue à la renommée de la région partout au pays. Éprouvées par les défis engendrés par la COVID-19, ces PME sont maintenant prêtes à rebondir. Quatre entreprises bénéficient de plus de 2 M$ en soutien à des projets porteurs pour l’industrie minière.

Dans cette optique, William Amos, député de Pontiac et secrétaire parlementaire du ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie (Science), a annoncé aujourd’hui des appuis financiers à Géliko, Abitibi Géophysique, Clôture Abitem et Mécanicad. L’annonce a été faite au nom de l’honorable Mélanie Joly, ministre du Développement économique et des Langues officielles.

Géliko est une société par actions constituée en 1998. La PME fabrique des cylindres hydrauliques ainsi que des pièces métalliques spécialisées pour les entreprises œuvrant dans le domaine minier.

L’entreprise réalise des travaux divers de soudure et d’usinage de pièces, alors que la division soudure d’Accès Industriel, une compagnie à laquelle Géliko s’est récemment associée, a ajouté des services de réparation et de fabrication de véhicules miniers aux activités. Le soutien financier de DEC vise à rehausser la performance de l’entreprise, améliorer sa productivité et augmenter sa capacité de production. Il comprend l’agrandissement d’un bâtiment ainsi que l’acquisition et l’installation d’équipements de fabrication de technologies récentes.

Cette contribution remboursable de 1 362 500 $, accordée en vertu du programme CERI, permettra à cette PME de créer dix emplois.

Abitibi Géophysique développe, fabrique et commercialise des instruments et logiciels permettant d’effectuer des levés géophysiques terrestres électromagnétiques, magnétiques et de polarisation provoquée pour les entreprises d’exploration minière au Canada et à l’international. Elle a reçu une contribution remboursable de 500 000 $ de DEC pour l’aider à mettre en œuvre une stratégie de commercialisation.

Fondée en 1980, Clôture Abitem est une société par actions avec une licence Entrepreneur Général qui se spécialise dans la distribution et l’installation de clôtures, la fourniture de produits de contrôle de sécurité et la fourniture de produits de soutènement de terrain pour l’industrie minière. L’entreprise possède également une division de soudure pour la fabrication de métaux ouvrés incluant le service de l’érection de structure d’acier. Elle a reçu 200 000 $ en contribution remboursable, dans le cadre du programme CERI pour l’aider à améliorer sa compétitivité et à hausser sa capacité de production par l’implantation d’un atelier de fabrication de produits en aluminium destinés principalement à l’industrie minière.

Le projet comprend l’acquisition d’équipements numériques et l’agrandissement de l’aire de production et permettra à cette PME de créer et maintenir six emplois.

Mécanicad est un chef de file dans la production de solutions de plastique, l’entreprise offre des produits novateurs en matière de conduits et raccords de ventilation destinés aux projets souterrains. Le soutien financier de DEC vise à aider l’entreprise à accroître sa capacité de production et à améliorer sa productivité par l’acquisition d’équipements numériques et robotiques à la fine pointe de la technologie ainsi que les connaissances nécessaires à leur utilisation. Cette contribution remboursable de 165 000 $, accordée en vertu du programme CERI, permettra à cette PME de créer six emplois.

Source : Développement économique Canada, 18-02-2021


Investissement majeur au quai de Forestville

Le port de Forestville navigue tranquillement, mais sûrement vers une reconnaissance de ses infrastructures comme un pôle économique important de la région. Il subira d’ailleurs une cure de rajeunissement de 6 M$.

La réfection du quai, vieux de plus de 50 ans, comporte la construction d’un mur-rideau attaché à de nouveaux blocs d’ancrage, la réfection du tablier et le recouvrement en gravier d’une portion de ce quai.

Un projet qui voit le jour grâce à la participation active de la Ville de Forestville qui verse 2M$, soit le double du gouvernement fédéral. Québec devrait contribuer pour le reste du projet qui se chiffre à 6M$.

Source : Ma Côte Nord, 16-02-2021.


La révolution OSBlock

L’entreprise de matériaux de construction OSBlock appuie sur l’accélérateur avec la modernisation de ses installations. Avec un investissement de 3,5 M$, la compagnie détient maintenant les infrastructures dignes de son concept révolutionnaire.

Grâce à cet investissement, les nouveaux équipements automatisés d’OSBlock permettent à l’entreprise de passer d’une usine pilote à une usine de production en bonne et due forme.

Le fait de substituer le travail manuel par le travail automatisé garantit aussi à l’entreprise l’atteinte des normes requises à sa certification dans le reste du Canada et aux États-Unis. En effet, les nouveaux appareils à la fine pointe de la technologique permettent une production de la plus grande qualité en même temps d’assurer l’uniformité de la marchandise.

D’une maison et demie fabriquée par quart de travail, l’entreprise est maintenant passée à huit. Et depuis un an, elle a d’ailleurs triplé son nombre de soumissions.

Très efficace, le procédé inclut seulement 3 composantes : les assises (pièces de bois couchées sur la fondation), les blocs et les coins. En partant de l’assise, les blocs s’emboitent successivement à l’aide d’une méthode d’ancrage ingénieuse, pour finalement être reliés à leurs extrémités par un système d’équerres et de pentures, les coins.

Encore plus simple qu’un meuble IKEA, l’assemblage est ainsi à la portée de quiconque. Qui plus est, le procédé ne requiert aucun équipement spécialisé.

Source : Le Lac-St-Jean, 17-02-2021


Développement économique Canada pour les régions du Québec accorde un soutien de 924 150 $ à trois entreprises de la Mauricie

En Mauricie, l’industrie des produits métalliques compte plusieurs entreprises dynamiques aux idées novatrices dont le travail contribue à la renommée de la région partout au pays. Éprouvées par les défis engendrés par la COVID-19, ces PME sont maintenant prêtes à rebondir. Dans cette optique, l’honorable François-Philippe Champagne, député de Saint-Maurice–Champlain et ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, a annoncé aujourd’hui des appuis financiers aux Industries Stéma-Pro, à Ray Métal ltée et à Acier Rayco (2016). L’annonce a été effectuée au nom de l’honorable Mélanie Joly, ministre du Développement économique et des Langues officielles.

Les contributions remboursables accordées se détaillent comme suit :

Les Industries Stéma-Pro, 400 000 $. L’aide de DEC permettra d’acquérir un équipement numérique de découpage au laser. Le projet, qui vise à améliorer la productivité de l’entreprise et à augmenter sa capacité de production, mènera à la création de 7 emplois.

Ray Métal ltée, 342 150 $. L’aide de DEC permettra à l’entreprise d’acquérir et d’installer des équipements de production (cellules de soudage robotisées, chambre à peinture, four de cuisson pour la peinture à la poudre, tronçonneuse numérique). Le projet, qui vise à assurer la croissance de Ray Métal ltée et à améliorer sa capacité de production, mènera à la création de 3 emplois.

Acier Rayco, 182 000 $. Grâce à l’aide de DEC, l’entreprise pourra acquérir un logiciel qui lui permettra de faire avancer sa production vers le 4.0 et des équipements de production automatisés (presse-plieuse, cuves rotatives et équipement de manutention) pour son nouveau produit innovant. Le projet, qui vise à assurer la croissance de l’entreprise par l’amélioration de sa productivité et de sa capacité de production, mènera à la création de 5 emplois.

Source : Développement économique Canada, 24-02-2021


Soutien de plus d’un million de dollars de la part de Développement économique Canada pour les régions du Québec à trois entreprises du Centre-du-Québec

Au Centre-du-Québec, le secteur de la transformation métallique compte plusieurs entreprises dynamiques aux idées novatrices dont le travail contribue à la renommée de la région partout au pays. Éprouvées par les défis engendrés par la COVID-19, ces PME sont maintenant prêtes à rebondir.

Trois entreprises reçoivent plus d’un million de dollars pour la réalisation de projets porteurs pour le secteur de la transformation métallique

Dans cette optique, l’honorable Mélanie Joly, ministre du Développement économique et des Langues officielles, a annoncé aujourd’hui des appuis financiers totalisant 1 065 000 $ à Atelier d’usinage Poudrier, L’Atelier du Bronze et Tôle Art.

L’aide remboursable accordée se détaille comme suit :
Atelier d’usinage Poudrier, 500 000 $. L’aide de DEC permettra à l’entreprise de construire un bâtiment adapté à ses besoins et d’acquérir des équipements de production numérique.

L’Atelier du Bronze, 500 000 $. L’aide de DEC permettra à l’entreprise d’agrandir et de réaménager ses installations actuelles et d’acquérir de l’équipement de production.

Tôle Art, 65 000 $. L’aide de DEC permettra à l’entreprise d’acquérir et d’installer des équipements de production numériques ainsi que de réaménager son usine.

Source : Développement économique Canada, 24-02-2021


Soutien de 1,5 M$ de la part de Développement économique Canada pour les régions du Québec à Acier Fati

En Montérégie, l’industrie de l’acier compte plusieurs entreprises dynamiques aux idées novatrices dont le travail contribue à la renommée de la région partout au pays. Éprouvées par les défis engendrés par la COVID-19, ces PME sont maintenant prêtes à rebondir.
Dans cette optique, l’honorable Mélanie Joly, ministre du Développement économique et des Langues officielles, a annoncé aujourd’hui un appui financier de 1,5 M$ à Acier Fati. L’aide remboursable accordée a permis à l’entreprise de Varennes d’élargir sa gamme de produits et d’augmenter sa capacité de production, en plus de mener à la création et au maintien de 18 emplois.
Fondée en 1989, Acier Fati est une entreprise qui fabrique et distribue des lattes d’acier et des produits tubulaires d’acier laminé destinés, entre autres, aux secteurs de la construction, de l’automobile, des équipements industriels et de la construction navale.

Source : Développement économique Canada, 24 – 02- 2021


L’atelier de soudure SVA d’Albanel ne manque pas de contrats, mais plutôt d’employés

En 2002, quand Sylvain Villeneuve a décidé de se lancer en affaires et de démarrer son atelier de soudure, SVA Inc à Albanel, il était loin de se douter qu’un jour, ce qui allait freiner le développement de son entreprise serait la pénurie de main-d’œuvre et non pas le manque de contrats.

Il le reconnaît d’emblée, le nerf de la guerre ces temps-ci, ce n’est pas d’augmenter son chiffre d’affaires, mais bien de combler son manque de personnel et ainsi développer une relève pour assurer le futur de son entreprise.

« J’ai une équipe de huit employés actuellement, mais idéalement, il faudrait être douze (…) ça nous affecte et ça nous freine carrément », déplore-t-il.

Ses besoins ? « Des soudeurs, des manœuvres, du monde avec des aptitudes en dessin et en mécanique, mais il n’y en a pas (…) et il nous faudrait une équipe de soir. »

Situé tout juste derrière la résidence familiale, son atelier, qui se spécialise dans la soudure en aluminium et en acier inoxydable, conçoit et fabrique différents produits en tout genre, allant des accessoires pour les véhicules hors route (VHR) aux tours pour panneaux solaires, en passant par des unités de services qui s’installent sur toutes sortes de camions.

Parmi les autres produits qu’il a sortis tout droit de son atelier, il y a les stations de lavage de mains portatives. C’est à la suite de demandes de clients qu’il s’est alors lancé dans le projet.

Source : Le Quotidien, 23-02-2021


Développement économique Canada pour les régions du Québec accorde un soutien de 390 000 $ à la Distillerie du St. Laurent

Dans le Bas-Saint-Laurent, l’industrie agroalimentaire compte plusieurs entreprises dynamiques aux idées novatrices dont le travail contribue à la renommée de la région partout au pays. Éprouvées par les défis engendrés par la COVID-19, ces PME sont maintenant prêtes à rebondir.

Dans cette optique, Élisabeth Brière, députée de Sherbrooke et secrétaire parlementaire de la ministre du Développement économique et des Langues officielles (Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec), l’honorable Mélanie Joly, a annoncé aujourd’hui un appui financier de 390 000 $ à la Distillerie du St. Laurent.

Cette contribution remboursable permettra à l’entreprise d’acquérir des équipements de production, notamment un système d’encannage automatisé, un alambic, des cuves et une chaudière à vapeur électrique autorégulée. Le projet, qui vise l’amélioration de la productivité et l’expansion de la Distillerie du St. Laurent par la construction d’une nouvelle distillerie et d’un chai, la relocalisation de l’unité de production et l’acquisition d’équipements, mènera à la création d’un emploi à temps partiel et à la transformation d’un emploi à temps partiel en emploi à plein temps.

Source : Développement économique Canada, 18-02-2021

Crédit photo : vahid kanani
Partagez l'article :