Les bonnes nouvelles de l’industrie

Springbank Mechanical Systems, Société du chemin de fer de la Gaspésie, BIXI, AMP Drummond, Groupe MILLA, LeddarTech, Industries GRC, Interco, Agnico Eagle, ABM Précision

 

Les systèmes de ventilation ont la cote

Les filtres à air, grandement profitables pour les entreprises de chauffage, ventilation et conditionnement d’air (CVCA) qui sont capables de s’en procurer, sont plus populaires que jamais en temps de pandémie.

Au moment où la qualité de l’air à l’intérieur est devenue une priorité dans les lieux d’affaires, les entreprises de CVCA peinent à répondre à la demande pour des systèmes de filtration de grande qualité.

Les filtres à air sont faits de matériaux semblables à ceux des masques et d’autres équipements de protection personnelle, causant une pénurie, selon le président de l’entreprise ontarienne Springbank Mechanical Systems, Gregg Little.

Cela ne veut pas dire que les affaires ont été faciles pour les entreprises de CVCA dont plusieurs clients ont diminué significativement leur budget d’entretien pendant que d’autres dépensaient sans regarder, selon M. Little.

La demande a monté en flèche parce que les autorités locales ont contraint les propriétaires à se pencher sur les systèmes de filtration de leurs bâtiments.

Source : Les Affaires, 23-11-2020


SCFG: investissement dans sa cour de triage et un autre contrat pour le transport de pales éoliennes

La Société du chemin de fer de la Gaspésie investit environ 300 000$ pour réaménager sa cour de triage de New Richmond et assurer la poursuite du transport de pales éoliennes au cours des deux prochaines années. Ces travaux, amorcés au cours des derniers jours, déboucheront d’ici un mois sur l’aménagement de 600 mètres de voie ferrée. C’est le long de cette voie que les pales éoliennes produites à Gaspé par LM Wind Power seront chargées à compter du début de 2021.

L’investissement requis pour agrandir le triage de New Richmond est financé entièrement avec des fonds propres de la SCFG, donc sans subvention.

Le renouvellement du contrat de transport de pales pendant deux ans vaut quelques millions de dollars pour la SCFG. General Electric (GE) achète la totalité de la production de l’usine de Gaspé depuis l’été 2016.

Ces pales sont installées dans des parcs éoliens situés au sud des États-Unis, essentiellement au Texas.

Source : Le Soleil, 23-11-2020


L’administration de Montréal compte ajouter 850 vélos électriques de plus à la flotte de BIXI qu’initialement annoncé

En tout, ce sont 3116 vélos à assistance électrique qui devraient être accessibles aux usagers de BIXI Montréal d’ici la fin de 2025. Il s’agit d’une augmentation de 27% par rapport à ce qui avait été annoncé dans le budget 2020 de la Ville.

Environ 300 vélos électriques supplémentaires seront déployés dans le réseau BIXI en 2023 et 2024; les 250 autres vélos de couleur bleue viendront compléter la flotte de vélos électriques de BIXI en 2025, montre le programme décennal d’immobilisation (PDI) 2021-2030 de la Ville de Montréal présenté à la mi-novembre.

Une somme de 8,4 M$ est d’ailleurs inscrite au PDI de la Ville afin de procéder à l’acquisition de ces vélos électriques pour les années 2023 à 2025. Ces montants incluent l’achat de 254 vélos standards et de 96 stations de BIXI électrique entre autres.
À terme, plus du quart de la flotte de l’organisme de vélo-partage dans la métropole sera composée de vélo à assistance électrique.
BIXI a d’ailleurs déployé 700 des 1000 nouveaux vélos électriques achetés par la Ville de Montréal cette année et en recevra 700 autres en 2021.

Source : Journal de Montréal, 23-11-2020


AMP Drummond pourra accélérer sa croissance et développer de nouveaux marchés internationaux

AMP Drummond est une PME innovante spécialisée dans la fabrication de verrous de remorques et dans l’usinage de précision. Afin de poursuivre sa croissance sur les marchés internationaux et d’améliorer l’efficacité de ses efforts de commercialisation, des investissements sont requis dans le système de gestion de la clientèle de l’entreprise et dans le développement de nouveau matériel numérique promotionnel de ses produits.

Pour ce faire, AMP Drummond bénéficiera d’une contribution remboursable de 138 000 $ de Développement économique Canada pour les régions du Québec. Cette aide financière permettra à l’entreprise d’accélérer sa croissance par le déploiement d’une stratégie de commercialisation numérique à l’international.

L’aide du gouvernement du Canada portera plus spécifiquement sur la production et la diffusion de matériel promotionnel numérique, la mise en place d’un système de gestion de la relation avec la clientèle et l’achat de frais de priorités pour les moteurs de recherche.

Source : Développement économique Canada, 24-11-2020


Le Groupe MILLA choisit le Leddar Pixell de LeddarTech pour sa navette autonome MILLA POD

LeddarTech®, chef de file de calibre mondial en technologie de détection pour les systèmes avancés d’aide à la conduite (systèmes ADAS) et de conduite autonome (systèmes AD) de niveau 1 à 5, annonce qu’elle a été sélectionnée par le Groupe MILLA pour fournir son capteur LiDAR de type « cocon ». Le Groupe MILLA a opté pour le Leddar™ Pixell comme LiDAR frontal pour équiper sa navette autonome MILLA POD.

Le Groupe MILLA est une entreprise française d’ingénieurs indépendante qui fait autorité, spécialisée dans la conception, le développement, la fabrication et l’expérimentation de produits et services de mobilité précurseurs. Le concept de mobilité innovateur de MILLA est de fournir un service de transport durable, modulaire, évolutif et adaptable accessible à tous. Depuis 2019, les navettes MILLA circulent tous les jours sur route ouverte à la vitesse de 30 km/h en mode autonome, un service unique au monde.

Source : Globe Newswire, Leddartech, 25-11-2020


Des boîtiers d’Industries GRC aux quatre coins du globe

Depuis plus de 30 ans, la ville de l’aluminium cache un secret bien gardé. Industries GRC de Saguenay fabrique des boîtiers métalliques principalement destinés au secteur du transport routier et ferroviaire.
ALSTOM, Bombardier et Hydro-Québec utilisent les produits de la compagnie pour leurs bornes de recharge et leurs panneaux d’affichage numérique.

Christian Pineault a fondé Industries GRC avec deux amis en 1987. Il oeuvre toujours pour l’entreprise, mais n’en est plus propriétaire.

«Le but d’Industries GRC était de fabriquer des boîtiers électriques sur mesure, des produits custom pour des compagnies comme Domtar et Alcan, dans le temps. Pour des industries de la région », raconte Christian, rencontré à l’usine située dans le secteur Arvida.

Cette même mission demeure, mais l’entreprise a ouvert ses horizons. Une nouvelle direction a pris la relève et veut faire d’Industries GRC le chef de file québécois dans le domaine de la fabrication de boîtiers métalliques.
Industries GRC produit 1500 boîtiers en aluminium annuellement. Ils sont peints en bleu, puis expédiés chez sa cliente ADD, où les bornes de recharge électriques sont assemblées. L’électrification des transports permet à la compagnie de se spécialiser dans un créneau où seule une poignée de joueurs se démarquent.

Ces boîtiers fabriqués chez Industries GRC abritent les bornes de recharge électriques d’Hydro-Québec.
On retrouve ses produits en Europe, en Amérique du Sud et aux États-Unis. Les immenses serveurs électroniques d’Amazon trouvent refuge dans des coffres métalliques créés à Jonquière.

Pour demeurer dans le peloton de tête, un virage technologique a été entrepris. Une découpeuse au laser et des presses plieuses ont remplacé des équipements moins performants. Les logiciels de conception ont été renouvelés. Une nouvelle chaîne de peinture réduit la consommation de produits et d’énergie.

«On parle beaucoup d’industrie 4.0. C’est le genre de choses vers lesquelles on s’en va au niveau des technologies disponibles », note le coordonnateur technique, Daniel Vincent.

Source : ICI Radio Canada, 25-11-2020


Investissement de 1,5 M$ à Sainte-Thècle

L’ancienne scierie Groleau va renaître sous la bannière Scierie Sainte-Thècle, un investissement de 1,5 M$ de l’entreprise Interco qui constitue un premier pas dans le déploiement de sa production en Mauricie et qui créera, à terme, une quinzaine d’emplois.
Bien implantée au Centre-du-Québec et reconnue pour dans la transformation forestière et la fabrication de palettes de transport sur mesure, Interco a vu dans l’ancienne Groleau le site parfait pour poursuivre son développement.

«Pour nous, la scierie de Sainte-Thècle représentait un attrait fort appréciable par la proximité de la ressource première, l’équipement en place et le potentiel, tant au niveau de la main d’œuvre que du développement», souligne Éric Fafard, président fondateur de l’entreprise.

L’entreprise travaille d’ailleurs déjà sur une deuxième phase qui ferait doubler le nombre d’employés.

«Nous sommes très confiants pour l’avenir de notre nouvelle installation. Déjà, notre équipe est presque complète à 100 %. Une nouvelle phase nous amènerait donc à passer de 15 à 30 employés afin d’accroître considérablement notre capacité de production. C’est un défi de taille qui nous attend, mais nous avons les bonnes cartes en main pour le relever», conclut M. Fafard.

Source : Le Nouvelliste, 25-11-2020


Ajout d’une 3e équipe : les Forges de Sorel ont le vent dans les voiles

Le 21 septembre dernier, suite à une assemblée générale extraordinaire, le Groupe Schmolz + Bickenbach, un leader mondial dans le domaine de l’acier et propriétaire de Finkl Steel (donc des Forges de Sorel), annonçait que l’entreprise changeait de nom pour Swiss Steel Holding, une entreprise que Schmolz + Bickenbach avait acquise en 2003.

C’est donc dire que Finkl Steel situé à St-Joseph-de-Sorel, conservera ce nom, à la légère différence que maintenant ce sera « Membre du Groupe Swiss Steel », et gardera aussi sa connotation française Les Forges de Sorel Cie.

Mais, l’usine de la rue McCarthy, qui célébrait ses 80 ans d’existence en 2019, n’avait pas que cela comme bonne nouvelle. En fait, c’est la moindre des deux, puisque Les Forges, par la voix de son président, Richard Lahaye, confirmait au SorelTracy Magazine qu’elle allait poursuivre à 3 équipes au lieu de 2, et ce dès lundi.

« Les Marchés sont encore très difficiles, mais on voit une petite progression depuis septembre, les demandes sont plus régulières et les commandes sont plus grosses. On semble vouloir avancer. », expliquait le président des Forges de Sorel, Richard Lahaye qui décrivait les commandes des prochaines semaines comme du rattrapage découlant du ralentissement provoqué par la pandémie.

« En majeure partie ces commandes seront pour se bâtir un bon inventaire pour commencer l’année 2021 avec le plus de potentiel possible.»

Là ou ça va bien, c’est dans le secteur industriel et c’est justement là que se situe le marché des Forges. « Nous on fait des pièces pour des réparations mécaniques, dans le secteur automobile aussi, de la machinerie, on fait de l’acier pour différents moules dont entre autres le secteur médical, on fournit des pièces pour des barrages, des mines, des équipements de toutes sortes, tout ce qui brasse la terre, etc.. », énumérait le Président des Forges.

Mais le secteur qui est encore le plus difficile c’est le pétrolier. Aux Forges, l’on fabrique beaucoup de pièces destinées à la machinerie pétrolière. « Le prix est encore bas et il n’y a pas beaucoup d’extraction, autant en Alberta qu’aux États-Unis.»

En chiffre, au début de l’année 2020, Les Forges comptaient 330 employés et au moment d’écrire ces lignes, l’entreprise dénombrait 277 personnes à l’emploi ou avec des liens avec la Finkl Steel Sorel. D’ailleurs, ce dernier chiffre devrait augmenter au cours des prochaines semaines avec l’ajout d’une 3e équipe.

Source : Sorel Tracy Magazine, 24-11-2020


Un avenir au-delà de 2029 pour la mine LaRonde : Agnico Eagle dispose de plusieurs atouts dans sa manche

Agnico Eagle entend relever plusieurs défis à la mine LaRonde, qui demeure son navire amiral. Le plus important demeure d’en prolonger la durée de vie.

Située à cheval entre Preissac et le quartier Cadillac de Rouyn-Noranda, la mine LaRonde a officiellement débuté ses opérations en 1988. Depuis, elle a livré 6,3 millions d’onces d’or, 60 millions d’onces d’argent, 314 millions de livres de cuivre, 1,86 milliard de livres de zinc et, de 2008 à 2013, 14 millions de livres de plomb. Les réserves minérales actuelles lui assurent une durée de vie jusqu’en 2029. Mais Agnico Eagle veut dépasser cette limite. Et elle est en bonne posture pour y parvenir.

«À ce jour, nous avons investi plus de 900 M$ dans le projet LaRonde-3, soit l’expansion en profondeur de la mine. Actuellement, nous sommes rendus à 3350 mètres sous la surface. Nous voyons une très grosse lentille minéralisée qui commence à apparaître en profondeur. De plus, en 2020, nous avons découvert une nouvelle zone riche en zinc sous la limite des 3000 mètres dans le flanc est de LaRonde-3. Cette zone est apparue comme une surprise. À présent, on pense pouvoir ajouter aux opérations de la mine au moins 400 000 tonnes de minerai à une teneur de 10 % en zinc», a exposé David Pitre, géologue senior à la mine LaRonde, dans le cadre du congrès Xplor 2020 de l’Association de l’exploration minière du Québec.

LaRonde-3 ne demeure toutefois pas le seul atout dont dispose Agnico Eagle dans sa manche. Ainsi, dans le gisement satellite LZ5, la société est parvenue à ajouter deux millions de tonnes de minerai aux six prévues à l’origine, pour un total de 540 000 onces d’or exploitables.

À cela s’ajoute le développement de la zone Bousquet-2, localisée sous l’ancienne mine à ciel ouvert.

Source : Le Citoyen Rouyn-La Sarre, 24-11-2020


ABM Précision à l’aube d’une nouvelle étape de son développement

Maxime Brière sent que son entreprise, ABM Précision, est mûre pour une nouvelle phase de son développement. C’est pourquoi il aimerait bien que la compagnie développe ses produits maison.

À titre de sous-contractant, «on fournit les autres industries en moules et celle-ci les assemble», explique l’ingénieur mécanique de 27 ans à la tête de cette entreprise d’Action Vale.

ABM Précision offre des services en conception assistée par ordinateur, fabrique des moules qui permettent de réaliser des pièces plastiques ou en aluminium, ainsi que des pièces par estampillage et autres. Elle peut aussi concevoir des machines, au besoin.
Juste avant le début de la pandémie, ABM Précision a déménagé de Saint-Liboire à Acton Vale parce que l’ancien local était devenu trop petit et afin de satisfaire les idées d’expansion du jeune entrepreneur.

Un employé externe s’est greffé à leurs opérations et Maxime Brière espère pouvoir en embaucher un second prochainement parce que «l’ouvrage ne manque pas», affirme-t-il.

Source : L’Information d’affaires d’ici, 06-11-2020

Crédit photo : Marie-Claude Nolet
Partagez l'article :