Les bonnes nouvelles de l’industrie

Wiptec, Rio Tinto, Nova Bus, Corbec, Galvanisation Québec, Armorteck, Champion Iron, L’aluminerie Alcoa, Groupe Starwall, MRFAB, Investissement Québec, Marcotte Systems, Groupe Lanerco, Kraft Heinz Canada, Avalon Advanced Materials, Rock Tech Lithium

 

Toujours plus de commandes chez Wiptec

L’équipe de la compagnie Wiptec à Sherbrooke vit une véritable exaltation depuis des mois et davantage à l’approche du fameux Vendredi fou.

Depuis mars, alors que les consommateurs adhèrent de plus en plus au commerce électronique, l’entreprise de préparation de commandes connaît des moments intenses et la surchauffe ne s’essouffle pas.

Wiptec doit constamment procéder à des embauches. On aurait besoin de 50 personnes de plus dans les rangs de l’entreprise qui embauche déjà 350 personnes. « C’est un défi constant », ajoute M. Ball.

L’attention de Martin Ball est aussi portée du côté de Longueuil où un imposant chantier de construction est en cours. On a commencé la construction de la nouvelle installation de Wiptec dans le secteur Saint-Hubert de la Rive-Sud de Montréal.
Rappelons que le projet vise à construire un complexe de 157 935 mètres carrés (1,7 million de pieds carrés). Jusqu’à 1000 personnes pourraient travailler dans les nouvelles installations de la rue John-Molson. Sherbrooke avait été considérée pour ce projet, mais Longueuil l’avait remporté.

Wiptec a aussi dans ses cartons un projet d’agrandissement de 1858 mètres carrés (20 000 pieds carrés) d’un bâtiment voisin à son centre de commandes du parc industriel et visible de l’autoroute 410 à Sherbrooke. Les travaux débuteront en mars prochain, prévoit M. Ball.

Source : La Tribune, 12-11-2020


Reprise en V chez Rio Tinto

L’ensemble du secteur de l’aluminium ne se remet pas à la même vitesse de la pandémie, mais la demande pour le métal primaire est repartie, selon Rio Tinto.

« La demande est repartie à la hausse depuis juin, tellement qu’on est obligés de refuser des commandes », a indiqué mercredi le directeur général, Opérations mondiales, de la multinationale, Frédéric Campagna, qui participait à une table ronde sur l’état du secteur de l’aluminium au Québec.

Parce qu’elle est présente un peu partout dans le monde, Rio Tinto avait anticipé l’impact de la pandémie sur ses activités au Québec, mais en partie seulement. « Nous n’avions pas prévu un impact aussi important sur le marché américain, où la demande est tombée », a expliqué Frédéric Campagna lors de l’évènement organisé par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

La production primaire d’aluminium a été reconnue comme une activité essentielle par le gouvernement québécois, et les usines n’ont donc pas cessé de tourner.

Elles ont toutefois dû réorganiser leur production vers des produits à plus faible valeur ajoutée pour s’ajuster aux changements de la demande, ce qui a indisposé des producteurs américains et conduit à des menaces de tarifs de la part de l’administration américaine.

Selon Frédéric Campagna, la demande d’aluminium a redémarré en juin, particulièrement dans les secteurs de l’automobile et de la construction. « On a parlé de reprise en U ou en W, mais dans notre cas, ç’a été une reprise en V », a-t-il illustré.

Source : La Presse Plus, 12-11-2020


PME de Montréal: la COVID accélère la transformation numérique

Les petites et moyennes entreprises (PME) de la région de Montréal anticipent une baisse moyenne de 4,9 % de leur chiffre d’affaires en cette année de crise sanitaire, qui pousse par ailleurs à accélérer la transformation.

C’est l’un des constats d’une étude de Léger concernant les PME et l’innovation en temps de pandémie. Elle indique que les PME de la région métropolitaine ont été touchées de plein fouet par la COVID-19, mais elles accélèrent les changements et se tournent vers le numérique et l’approvisionnement local.

Selon le coup de sonde mené auprès de plus de 710 dirigeants de ces entreprises, dont 247 dans la région de Montréal, environ 56 % des PME de la région ont dû revoir leur modèle d’affaires en raison de la crise. De plus, 57 % de ces compagnies ont accéléré des projets de numérisation depuis la première vague.

Source : Journal de Montréal, 11-11-2020


Nova Bus investit 10 M$ pour agrandir son usine de Saint-François-du-Lac

Nova Bus, chef de file dans la fabrication d’autobus urbains en Amérique du Nord, annonce un investissement de 10 millions de dollars afin d’agrandir son usine de Saint-François-du-Lac. Un projet qui profitera également à Bécancour, Nova Bus devenant le premier locataire de l’incubateur industriel pendant la construction de l’usine, soit jusqu’au printemps 2021.

Cet agrandissement, représentant environ 33 000 pieds carrés supplémentaires, permettra l’introduction d’un centre de coupe au laser et viendra appuyer les plans d’expansion de la production de ses autobus de transport urbain qui sont les plus durables de l’industrie.

Cet investissement s’inscrit dans le cadre du programme de transformation annoncé en 2017, qui comprend la mise à niveau des usines québécoises de l’entreprise, notamment par l’automatisation des opérations et l’introduction de procédés écoénergétiques novateurs et de technologies numériques.

De plus, Nova Bus est heureuse de compter sur la Ville de Bécancour comme partenaire, avec l’utilisation de leurs nouveaux incubateurs industriels pour le développement et la fabrication de prototypes pendant la période de construction de l’usine.

Source : Le Nouvelliste, 12-11-2020


Près de 1,6 milliard $ pour aider les travailleurs et les entreprises

Dans sa mise à jour présentée jeudi après-midi, le ministre des Finances, Éric Girard, a annoncé une série de mesures étalées sur trois ans :

• 459 millions $ pour la formation et la requalification de la main-d’œuvre
• 300 millions $ pour la transition écologique
• 166 millions $ pour l’aéronautique, l’aluminium et les sciences de la vie
• 157 millions $ pour l’autonomie alimentaire
• 148 millions $ pour la recherche et l’innovation
• 100 millions $ pour la numérisation des entreprises
• 64 millions $ pour les économies régionales
• 60 millions $ pour l’industrie touristique
• 50 millions $ pour les centres-villes
• 40 millions $ pour aider les fournisseurs québécois

Ces sommes s’ajoutent aux mesures totalisant plus de 1,9 milliard $ annoncées depuis le printemps.

Le gouvernement met de côté 300 millions $ pour créer, avec des partenaires privés et institutionnels, des fonds d’investissement afin de « soutenir les entreprises dans leur croissance et dans la relance de leurs activités ».
Québec réserve également 125 M$ pour investir dans le capital-actions d’entreprises actives dans les secteurs de l’aéronautique, de l’aluminium et des sciences de la vie.

Source : Journal de Montréal, 13-11-2020


Corbec et Galvanisation Québec investissent 12 millions $ à leur usine de Princeville

Corbec inc., galvaniseur à chaud de premier plan dans l’industrie canadienne de l’acier, et Galvanisation Québec, annoncent aujourd’hui un investissement de près de 12 millions $ afin d’implanter une nouvelle ligne de galvanisation moderne sur le site actuel de leur usine basée à Princeville.

La réalisation de ce projet entraînera la création de 50 nouveaux emplois locaux et portera le nombre total d’employés du Groupe Corbec à plus de 400.

Cet investissement majeur, qui inclut l’ajout d’un nouveau bassin de galvanisation ainsi que l’amélioration sous-jacente de technologies de pointe, permettra d’augmenter la capacité de production du groupe de 40 000 tonnes annuellement.

Les travaux qui débuteront incessamment s’achèveront au courant de l’année 2021 et se dérouleront sans interrompre les opérations actuelles de l’usine.

Source : La Nouvelle, 12-11-2020


Investissement de 5 M$ pour implanter une usine de remorques fermées à Magog

Bonne nouvelle pour l’économie magogoise en ces temps de crise sanitaire. Quatre hommes d’affaires ont choisi le parc industriel de Magog pour ériger une nouvelle usine. Quelque 75 emplois pourraient être créés.

L’investissement de cinq millions de dollars permettra de construire un bâtiment et de fabriquer des remorques fermées destinées au marché nord-américain. Il s’agit de la première usine de fabrication pour la compagnie Armorteck.

Les quatre entrepreneurs assurent que l’usine utilisera des équipements à la fine pointe de la technologie. L’objectif consiste à fabriquer des remorques fermées de nouvelle génération en ayant recours à la nouvelle technologie «Hexacore», qui serait unique en Amérique du Nord, aux dires des dirigeants.

«Hexacore» a été inventée, développée et testée par Armorteck. Cette technologie utilise des panneaux de composite laminés renforcis avec cœur d’alvéoles en polypropylène.

Armorteck est née d’une alliance entre l’entreprise Idéal Cargo (Saint-Valère près de Victoriaville) et Éric Perron, un homme d’affaires actif en Estrie et au Centre-du-Québec. Leur but est de propulser l’expansion d’Idéal Cargo, d’augmenter la capacité de production et de répondre à la demande croissante de ces remorques très utiles pour transporter, notamment, des véhicules récréatifs comme des motos, des motoneiges et des VTT.

Source : Le Reflet du Lac, 12-11-2020


Champion Iron va de l’avant avec la Phase 2 au lac Bloom : 375 nouveaux emplois dans le fer

Champion Iron annonce ce matin par communiqué l’approbation finale du projet de phase II à la mine de fer du lac Bloom à Fermont. L’initiative permettra de doubler la production transitant par la SFP Pointe-Noire dans la baie de Sept-Îles. Champion dispose de nouvelles facilités de crédit de 400M$ US pour aller de l’avant avec l’expansion.

Le chef de la direction estime que la Phase 2 à la mine du lac Bloom créera 375 nouveaux emplois permanents. Champion a déjà amorcé d’importants investissements de près de 200M$ vers l’agrandissement de la mine du lac Bloom.

Source : Ma Côte-Nord, 12-11-2020


L’aluminerie Alcoa de Baie-Comeau à la recherche de 40 nouveaux employés

L’aluminerie Alcoa de Baie-Comeau fait un appel de candidatures d’envergure en prévision de la production de commandes de produits à valeur ajoutée pour 2021, en plus des départs à la retraite de certains de ses employés.

Les 40 futurs travailleurs seront embauchés à titre d’employés occasionnels et seront affectés à la production d’aluminium liquide et de son coulage en produit solide, soit la production de plaque de laminage.

Le directeur des ressources humaines et des communications de l’aluminerie Alcoa de Baie-Comeau, Luc Bourassa, souhaite que ces travailleurs additionnels puissent être formés dans les prochains mois pour pallier l’augmentation de production et ainsi respecter les échéanciers des commandes.

Source : ICI Radio Canada, 10-11-2020


PME de la Montérégie : innover pour faire face à la pandémie

La pandémie de la COVID-19 n’a pas suffi pour freiner la créativité des entrepreneurs montérégiens, révèle un sondage réalisé par la firme Léger pour le compte de QuébecInnove.

Malgré le contexte économique incertain et les chamboulements entraînés par les restrictions sanitaires, près de 6 petites et moyennes entreprises (PME) sur 10 dans la région ont développé un projet concret en innovation au cours de la dernière année, une hausse de 10 % par rapport à 2019.

Signe qu’un trait commun des entrepreneurs est de savoir transformer l’adversité en opportunité, la moitié des PME montérégiennes ont profité du contexte actuel pour accélérer leur virage numérique et pour mettre en place des pratiques d’affaires plus écoresponsables, apprend-on. D’ailleurs, 60 % des répondants au sondage ont indiqué que leur capacité à innover les a aidés à faire face à la crise.

Dans 47 % des cas, le modèle d’affaires a dû être revu pour se donner la flexibilité nécessaire pour traverser 2020.
Une donnée qui rejoint l’indice national de 61 %, où les investissements en technologies de l’information (28 %), dans les procédés de gestion (12 %) et dans les équipements et machineries (11 %) ont été identifiés comme les plus porteurs en ce sens.

Les investissements en recherche et développement ont crû, en moyenne, de l’équivalent de 6,3 % du chiffre d’affaires des PME.

Là aussi, il s’agit d’une augmentation vis-à-vis l’année précédente, ou un peu moins de 5 % avaient été réinvestis. Fait à noter, comme il s’agit d’une moyenne, il importe de souligner ici que 68 % des répondants régionaux ont indiqué avoir investi 1 % ou moins de leur chiffre d’affaires.

Une entreprise québécoise sur cinq n’ayant pas investi en innovation pour faire face à la crise de la COVID-19 a affirmé avoir regretté, après coup, de ne pas l’avoir fait. En Montérégie, ce taux est deux fois moindre ; seul un entrepreneur sur dix croit que des investissements auraient pu faire une différence.

Source : La Voix de L’est, 15-11-2020


Groupe Starwall déménage et prépare sa relève !

Le siège social du Groupe Starwall qui regroupe quatre compagnies, soit l’usine de conception et de fabrication de cloisons amovibles (PMA), les distributeurs-fabricants de murs architecturaux Starwall, C2P(le lien est externe), LDMA et DBMA, vient d’emménager dans de nouveaux locaux sur la rue Manic dans le parc industriel du Haut-Saguenay. Le président Pascal Mourgues, qui a fondé l’entreprise en 1998, est également en processus de relève.

« (…) La surface des locaux passe de 6 000 à 8 000 pieds carrés et il y a des possibilités d’agrandissement au besoin. On a profité de ce déménagement pour acquérir de nouvelles machines européennes pour la découpe et tout cela a nécessité un investissement de l’ordre de 400 000 $ », raconte le président fondateur en ajoutant que, malgré la pandémie, deux nouveaux employés se sont joints au Groupe. Un développement dans les réalités virtuelles fait également partie des projets à court terme.

Pascal Mourgues avoue que l’entreprise connaît une belle croissance depuis trois ou quatre ans avec une augmentation de 156 % du chiffre d’affaires.

Source : Informe Affaires, 15-11-2020


MRFAB – Stainless et alimentaire, une combinaison gagnante

MRFAB, qui œuvre dans les produits mécanosoudés en acier inoxydable, connaît une croissance fulgurante depuis la reprise graduelle de l’économie en juin dernier. Si la jeune firme a su se faire remarquer du grand public avec son lavabo portable MRSINK, c’est en s’investissant dans les équipements destinés à l’industrie alimentaire qu’elle poursuit véritablement sa lancée.

D’ailleurs, l’entreprise située sur la rue de la Métallurgie dans le Parc industriel de Jonquière cherche depuis un moment à agrandir ses locaux. En effet, la firme opérée par le couple d’entrepreneurs Raphaël Côté et Joëlle Tremblay a le vent dans les voiles et travaille sur plus d’un projet à la fois.

« Présentement, je dois louer un atelier pour réaliser un contrat. Il s’agit de la fabrication d’un réservoir en acier inoxydable de 104 000 litres. La structure fera 44 pieds de long et pèsera 22 000 livres. Mon pont roulant à mon local actuel n’est conçu que pour 6000 livres. En plus, mon bâtiment principal est déjà occupé par la construction de plusieurs cuves que nous réalisons pour des microbrasseries », explique Raphaël.

La nécessité d’agrandir vient, entre autres, du fait que MRFAB est l’une des seules entreprises à fabriquer des « Brew House » au Québec. Il s’agit de l’équipement complet pour la fabrication de la bière, de la bouilloire à la cuve de conditionnement.
Cette expérience a permis alors à MRFAB d’approcher de grands joueurs comme Kraft, Olymel, Saputo, Nutrinor pour d’autres contrats et par la suite de se créer un réseau de partenaires.

Pour 2020, l’entreprise affiche un chiffre d’affaires d’environ 4 M$ et compte 25 employés. « Pour 2021, nous prévoyons une croissance exponentielle. Notre notoriété attire des gens qualifiés et cela nous donne l’opportunité d’explorer de nouvelles avenues comme le secteur médical. Nous ne sommes pas inquiets pour l’avenir. Le parc du silo alimentaire au Canada est vieillissant et les grandes sociétés cherchent à le remplacer. L’ouvrage ne manquera pas et notre défi personnel sera d’offrir à nos gens les mêmes conditions de travail qu’un géant comme Rio Tinto peut proposer », conclut Raphaël Côté.

Source : Informe Affaires, 15-11-2020


Investissement Québec accorde plus de 9,7 M$ à sept entreprises de la Montérégie

Investissement Québec et le gouvernement du Québec octroient une aide financière totale de plus de 9,7 millions de dollars à sept entreprises situées dans la région de la Montérégie.

En opération depuis près de 75 ans à Sainte-Julie, Groupe BFL inc. se voit octroyer 2 880 000 $. Cette aide permettra au fabricant de centrales de chauffage, de climatisation et de ventilation de poursuivre son intégration et de créer 31 emplois.
À Saint-Hubert, le fabricant de produits de réfrigération RefPlus obtient 1 625 000 $. L’entreprise pourra ainsi acquérir divers équipements afin d’augmenter son efficacité et sa capacité de production, en plus d’améliorer la qualité de ses produits.
Métaux Solutions inc, une entreprise spécialisée dans la distribution de métaux industriels basée à Longueuil, reçoit une aide financière de 300 000 $ pour l’acquisition d’une nouvelle scie à métaux qui lui permettra d’augmenter sa productivité.

Le spécialiste en conception graphique et en impression Graphiscan Montréal Inc., dont le siège social est situé à Longueuil, obtient un soutien financier de 1 644 556 $ pour faire l’acquisition de Quadriscan.

Développant des logiciels pour l’industrie du béton, Marcotte Systems, de Boucherville, se voit accorder un prêt pour soutenir le transfert du contrôle de l’entreprise.

Le Groupe Lanerco, de Saint-Hubert, reçoit un soutien financier de 1 300 000$ pour se porter acquéreur de Charette Service d’Auto, de Remorquage Charette et de Charette Logistique.

À Boucherville, l’entreprise de gestion Investissement 585 inc. obtient une aide financière de plus d’un demi-million de dollars pour soutenir sa relève.

Source : Investissement Québec, 12-11-2020


Investissement Québec accorde jusqu’à 8 M$ à e2ip technologies

Québec appuie l’entreprise e2ip technologies en investissant un montant de 5 millions de dollars, qui pourra être porté à 8 millions au besoin, sous forme d’un prêt convertible en actions.

Ce soutien financier issu des fonds propres d’Investissement Québec vise à favoriser la croissance de l’entreprise, qui se spécialise dans les solutions d’électronique imprimable et de technologies d’affichage et de manipulation, communément appelées interface humain-machine (IHM).

Établie dans l’arrondissement Saint-Laurent à Montréal, e2ip technologies (anciennement GGI International) se spécialise dans le développement et la fabrication d’interfaces de contrôle destinées aux marchés aérospatial, médical industriel et du transport.

Source : Investissement Québec, 09-11-2020


Un nouveau centre de distribution à Mascouche pour St-Hubert

Le Groupe St-Hubert annonce mardi la construction d’un nouveau centre de distribution de 100 000 pieds carrés dans la région de Lanaudière, sur l’ancien site de l’aéroport de Mascouche.

Le projet de construction d’une durée d’environ un an fera partie du parc commercial CentrOparc.

Le Groupe St-Hubert affirme que le nouveau bâtiment lui permettra d’expédier quotidiennement une moyenne de 21 000 caisses destinées à l’ensemble de son réseau de rôtisseries.

Source : Les Affaires, 17-11-2020


Kraft Heinz Canada produira du ketchup à Montréal

Kraft Heinz Canada produira du ketchup à son usine montréalaise de Mont-Royal en y ajoutant une chaîne de production dans le cadre d’un investissement de 17 millions $, ce qui devrait entraîner la création de 30 emplois.

L’investissement annoncé mardi permettra également de maintenir environ 750 autres emplois, a fait valoir la compagnie, qui bénéficie également d’un prêt de 2 millions $ octroyé par le gouvernement Legault, par l’entremise du programme Essor.

Source : Les Affaires, 17-11-2020


Québec annonce un « plan ambitieux » de 6,7 milliards pour l’environnement

Le gouvernement du Québec se dote d’une enveloppe de 6,7 milliards de dollars, sur cinq ans, pour mettre en oeuvre diverses politiques visant à « verdir » l’économie québécoise et à réduire les émissions polluantes.

«On ne va pas dans la bonne direction», a lancé tout de go le premier ministre, en affirmant que le Québec avait raté son objectif climatique pour cette année, soit de réduire de 20 %, par rapport à l’année 1990, ses émissions de gaz à effet de serre (GES) pour la fin de l’année 2020.
De fait, a-t-il ajouté, entre 2015 et 2017, «les émissions de GES ont augmenté».

Cela n’empêche pas le premier ministre de marteler que le Québec atteindra bel et bien son objectif pour 2030, c’est-à-dire une diminution de 37,5 % de ses émissions polluantes par rapport à 1990, l’année de référence.

Pour atteindre sa cible, le gouvernement Legault mise largement sur l’électrification des transports, un secteur de l’économie qui est responsable de plus de 43 % des émissions polluantes de la province, et à laquelle il consacrera plus de la moitié des sommes prévues dans son plan économique vert, soit 3,6 milliards.

Un peu plus de 1,3 milliard de dollars seront ainsi réservés pour les voitures électriques, plus précisément pour financer les incitatifs à l’achat de ce genre de véhicules, ainsi que l’installation de bornes de recharge un peu partout au Québec.
Environ 1 milliard de dollars iront à l’électrification des autobus scolaires, urbains et interurbains, ainsi qu’à d’autres modes de transport, dont les taxis.

Enfin, 1,3 milliard de dollars seront versés à divers programmes liés au transport collectif. Ce montant, affirme Québec, s’ajoute aux 15 milliards déjà prévus pour les services de transport en commun dans le cadre du Plan québécois des infrastructures 2020-2030.

Parmi ces plans en matière de transport collectif, le gouvernement veut aller de l’avant avec plusieurs projets déjà annoncés, notamment «six projets de tramway et le prolongement de la ligne bleue du métro, à Montréal», a indiqué M. Legault.

Accroître l’efficacité énergétique

Les entreprises d’ici recevront une aide financière de la part du gouvernement pour améliorer leur efficacité énergétique, a aussi fait savoir M. Legault, qui souhaite ne pas augmenter le poids de la fiscalité pour les acteurs économiques québécois.

Ce sont ainsi 113 millions qui serviront à des projets de conversion et d’amélioration de l’efficacité énergétique. Quelque 75 millions supplémentaires seront consacrés à des projets de récupération et de valorisation de la chaleur, précise Québec dans son plan.

Source : ICI Radio Canada, 17-11-2020


Un projet d’usine de traitement du lithium en développement à Thunder Bay

Les sociétés minières Avalon Advanced Materials et Rock Tech Lithium ont signé une entente pour le développement d’une usine qui permettrait de transformer le lithium extrait de leur gisement respectif pour la fabrication de piles lithium-ion.

Le PDG d’Avalon Advanced Materials, Don Bubar, estime que les conditions sont réunies pour le développement d’une telle installation et que Rock Tech Lithium est un partenaire idéal.

« Nous avons tous deux des projets [d’exploitation minière] qui avancent, nous voyons des occasions d’affaires sur les marchés nord-américain et européen et nous avons tous les deux une bonne compréhension de l’évolution du marché. »
— Don Bubar, PDG, Avalon Advanced Materials

M. Bubar mentionne que l’exploitation pourrait s’amorcer l’an prochain et qu’il est possible que le lithium soit utilisé initialement pour le marché du verre et de la céramique.

L’usine de traitement pourrait créer environ 100 emplois, mais il y a un potentiel de croissance. Elle pourrait mener à l’établissement d’une usine pour la fabrication de batteries au lithium à Thunder Bay.

Source : Radio Canada, 17-11-2020

Crédit photo : C M
Partagez cet article : Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email