Les bonnes nouvelles de l’indutrie

Nature Alu, Deliwok, Développement économique Canada pour les régions du Québec, Airbus, Les Vêtements SP, Flying Whales, Global Partner Solutions, PCM Innovation, Derichebourg Atis aéronautique, Bell Helicopter Textron, Thales Canada, Simard Suspensions

 

Investissement majeur au Saguenay–Lac-Saint-Jean : près de 6,9 M$ pour une usine de production d’aluminium de haute pureté

Les gouvernements du Canada et du Québec attribuent des aides financières totalisant près de 6,9 M$ à Nature Alu pour l’implantation d’une usine de production d’aluminium de haute pureté. Ce projet, dont les investissements totaux s’élèvent à plus de 15 M$, permettra la création de 14 emplois au Saguenay–Lac-Saint-Jean.

L’usine située dans l’arrondissement de La Baie produira annuellement entre 3 000 et 4 000 tonnes de métal d’aluminium de haute pureté (99,99 %) destinées à l’exportation pour les marchés de l’électronique, de la chimie et des alliages spécialisés.

Source : Investissement Québec, 17-06-2019


Grâce à son projet d’automatisation, Deliwok élève son usine à un niveau de classe mondiale

Deliwok est une entreprise hautement innovante œuvrant dans le secteur agroalimentaire. Pour continuer sur sa lancée, elle bénéficiera d’une contribution remboursable de 1,15 million de dollars de Développement économique Canada pour les régions du Québec. Grâce à cette aide financière, l’entreprise pourra réaliser un projet qui lui permettra d’augmenter son efficacité et sa vitesse de fabrication en plus d’améliorer son système de refroidissement en maintenant la qualité de ses produits.

L’aide du gouvernement du Canada permettra plus spécifiquement à Deliwok de faire l’acquisition d’équipement automatisé et robotisé, à la fine pointe de la technologie, ainsi que d’effectuer des travaux d’agrandissement et d’aménagement. La réalisation de ce projet générera des investissements totaux de plus de 3,2 M$.

Deliwok est une PME bien établie dans l’arrondissement de Chicoutimi, en activité depuis 1997. L’entreprise se spécialise dans le développement et la fabrication de produits alimentaires, principalement les produits asiatiques tels que les rouleaux et pâtés impériaux et le poulet pané, vendus en vrac ou au détail.

Source : Développement économique Canada, 17-06-2019


Cinquante appareils A220 pour Mirabel

Airbus a annoncé ce matin, à l’ouverture du Salon aéronautique du Bourget, la conclusion d’une vente de 100 appareils, dont 50 A220 qui seront fabriqués à Mirabel, au locateur Air Lease.

C’est la première fois qu’Air Lease, qui est basé à Los Angeles, fait confiance à l’A220. Plus précisément, ce sont 50 exemplaires du plus grand des deux modèles, l’A220-300, qui sont commandés. Il s’agit pour l’instant d’une lettre d’intention. La commande devrait devenir ferme dans quelques semaines.

Source : La Presse, 17-06-2019


Pénurie de main-d’œuvre : vêtements SP se tourne vers le 4.0

Dans le parc industriel de Granby, plus de la moitié des 270 entreprises qui y sont implantées affichent en grosses lettres sur des banderoles : « Nous embauchons ». Chez Les Vêtements SP, où j’ai rendez-vous, une des pancartes précise : « Couturières demandées ».

Il y a trois ans, Steve Bérard, un ingénieur en télécommunications a décidé de se joindre à l’entreprise que son père avait fondée dans les années 90.

« Il n’y avait pas de relève. Après avoir travaillé toute ma vie dans les technologies, j’ai donc décidé d’embarquer avec mon père en vue de reprendre l’entreprise.

« Un an après mon arrivée, on a fait l’acquisition de l’usine Sport Maska de Saint-Hyacinthe, et en décembre, j’ai racheté l’entreprise avec Manon Bourget, une dirigeante clé des Vêtements SP », m’explique Steve Bérard.

Depuis deux ans, le volume de production ne fait qu’augmenter. Comme une multitude de PME industrielles, Les Vêtements SP tente tant bien que mal de pallier son incapacité à trouver de la main-d’œuvre pour fonctionner correctement.

« J’ai dû freiner mon vice-président Ventes, lui demander de cesser le développement de marché pour faire plutôt du suivi auprès de nos clients…», expose Steve Bérard.

Les chandails de hockey que fabrique Les Vêtements SP sont des produits de qualité qui nécessitent plusieurs coupes et des types variés de textures de tissus.

« On a revu nos échelles salariales et nos avantages sociaux. On a haussé nos prix et réduit nos marges, mais cela ne suffit pas. On ne trouve pas les employés dont on a besoin. »

Pourtant, Steve Bérard a de l’ambition. À Saint-Hyacinthe et à Granby, Les Vêtements SP dispose des capacités pour doubler sa production.

Pour combler ses besoins en effectifs, Steve Bérard veut amorcer l’automatisation de certains de ses moyens de production. Lui qui a toujours baigné dans les technologies s’engage résolument dans le manufacturier 4.0.

Avec son associée, il part aujourd’hui pour l’Espagne afin de participer au Salon international ITMA 2019 – la plus grande foire de technologies manufacturières au monde qui se déroule tous les quatre ans à Barcelone.

« Je vais acheter pour 1 million de dollars de robots qui vont me permettre de hausser de 15 % ma productivité. L’industrie du textile accuse un retard immense en matière d’automatisation parce qu’elle a toujours pu compter sur une main-d’œuvre abondante et bon marché en Asie et dans les pays émergents. »

Source : La Presse Plus, 19-06-2019


Des annonces prometteuses pour l’industrie québécoise de l’aérospatiale

En marge de la mission économique du Québec au Salon international de l’aéronautique et de l’espace (SIAE) de Paris-Le Bourget, le ministre de l’Économie et de l’Innovation, M. Pierre Fitzgibbon, a procédé à plusieurs annonces démontrant le dynamisme de l’industrie aérospatiale québécoise et totalisant des investissements de près de 72,4 millions de dollars.

Flying Whales

Le gouvernement du Québec a signé une entente de principe avec l’entreprise française Flying Whales qui pourrait mener à l’installation, au Québec, de ses activités destinées à desservir l’Amérique.

Flying Whales Québec développerait une partie importante de son programme aéronautique à Montréal, puis produirait et exploiterait ses dirigeables pour le continent américain depuis le Québec. Fondée en 2012, Flying Whales conçoit des dirigeables-cargos destinés au transport de charges lourdes et surdimensionnées en territoires éloignés, dépourvus de routes et d’autres infrastructures de transport. L’entente vise la conclusion d’un partenariat d’ici le 30 septembre prochain.

Global Partner Solutions

L’entreprise montréalaise Global Partner Solutions (GPS), spécialisée en gestion du capital humain, en ingénierie et en gestion de la chaîne d’approvisionnement, ouvrira prochainement un bureau à Toulouse.

PCM Innovation

Toujours à Toulouse, PCM Innovation, une entreprise qui offre des solutions intégrées en ingénierie et en outillage pour l’aérospatiale, mettra sur pied une coentreprise franco-québécoise en collaboration avec Corima Technologies.
En plus de créer 35 emplois directs sur une période de deux ans, la coentreprise PCM Engineering consolidera les 250 emplois existants de l’entreprise et soutiendra sa croissance tout en attirant des candidats hautement spécialisés au Québec.

Derichebourg Atis aéronautique

L’entreprise française Derichebourg Atis aéronautique implantera une filiale canadienne à Montréal pour se rapprocher de l’écosystème aérospatial de la métropole et consolider ses activités en Amérique du Nord.
Acteur majeur dans la sous-traitance aéronautique, l’entreprise prévoit la création de 130 emplois au cours des trois prochaines années à Montréal.

Thales Canada

En collaboration avec Bell Helicopter Textron inc., Thales Canada investira dans la première phase d’un projet de recherche et développement pour un démonstrateur d’aéronef hybride électrique de type avion-hélicoptère.
Le projet, d’une valeur de plus de 11 millions de dollars, vise à développer les codes logiciels des commandes de vols et l’avionique, et à les tester pour démontrer la validité du concept proposé.

Mecachrome Canada

Enfin, Mecachrome Canada a annoncé qu’elle investirait plus de 18 millions de dollars pour augmenter sa capacité de production, un projet qui devrait créer 80 emplois à Mirabel.

Source : Ministère de l’Économie et de l’Innovation, 18-06-2019


Un projet de trois millions $ pour Simard Suspensions

Simard Suspensions investira près de trois millions dans son usine à Baie-Saint-Paul afin d’effectuer un virage industrie 4.0, ce qui lui permettra d’automatiser certaines tâches en plus de gagner en efficacité.

Notre nouveau progiciel de gestion intégrée nous permettra de communiquer l’information sous un seul et même canal, ce qui améliorera la productivité, a soutenu le directeur général de Simard Suspensions, David Tremblay. Par exemple, il permet d’échanger des informations entre les départements en temps réel. Nous travaillons déjà avec le projiciel, plus le carnet de commandes se remplit plus les solutions sont élaborées et complexes ».

L’entreprise, qui embauche 150 employés, souhaite simplifier ses opérations en plus d’obtenir une meilleure planification des besoins en matériaux et en main-d’oeuvre. L’automatisation de certaines tâches fera aussi partie du projet qui sera terminé d’ici mars 2020. L’acquisition d’un banc d’essai aura comme but d’améliorer le processus de développement des produits.

Source : Le Charlevoisien, 18-06-2019

Partagez cet article : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone