Les bonnes nouvelles de l’industrie

Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM), Héroux-Devtek, Gentec inc., Développement économique Canada pour les régions du Québec, Investissement Québec, CAMcube, RISEHoP, Réflex Photonique, Roulez électrique, Elmec, Starwall, Partition Manufacturiers Associés (PMA), Rio Tinto, Pexal Tecalum, Métaux GBL, Mine Canadian Malartic (MCM), Mason Graphite Inc., Sealver, Dion Moto inc., Composite Multifab, HK Bellawings Jet, Bombardier et Vancouver Shipyards

 

Fin des tarifs sur l’acier et l’aluminium

Le Canada, les États-Unis et le Mexique ont finalement enterré la hache de guerre vendredi dans le dossier des tarifs douaniers imposés de part et d’autre sur les exportations d’acier et d’aluminium, mettant ainsi fin à des mois de tensions commerciales qui ont heurté de plein fouet les industries de ces deux secteurs dans les trois pays.

La levée des tarifs douaniers de 25 % sur les exportations d’acier et de 10 % sur les exportations d’aluminium pourrait donner une nouvelle impulsion à la ratification de la nouvelle mouture de l’Accord de libre-échange nord-américain – désormais connue comme l’Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM).

Le Canada et le Mexique soutiennent depuis des mois qu’ils n’avaient pas l’intention de ratifier ce nouvel accord, conclu le 30 septembre dernier, tant et aussi longtemps que les États-Unis n’auraient pas aboli les tarifs douaniers.

Dans une déclaration commune émise par le Canada et les États-Unis, on précise que les tarifs douaniers imposés par les deux pays seront éliminés dans un délai de deux jours.

Source : La Presse Affaires, 17-05-2019


Héroux-Devtek confirme la conclusion d’une entente avec Boeing

Le fabricant québécois Héroux-Devtek confirme mardi la conclusion de l’entente annoncée l’an dernier sur la fourniture des trains d’atterrissage principaux pour différents modèles d’avions du géant américain Boeing.

Il s’agit des appareils F/A-18E/F Super Hornet et EA-18G Growler.

Héroux-Devtek ajoute que l’entente a été élargie pour inclure la fabrication du train d’atterrissage avant et des trains principaux pour le programme d’avion Advanced F-15 de Boeing. Cette entente élargie d’une durée de cinq ans comprend également la fourniture de pièces de rechange et de services après-vente pour ces deux programmes d’aviation de défense.

L’entente élargie prévoit que les premières livraisons sont attendues au début de 2023.

Source : Les Affaires, 21-05-2019


500 000 $ à Gentec pourra accroître sa productivité et poursuivre son expansion

Gentec inc. est une PME technologique spécialisée dans le domaine de l’électronique de haute puissance et en gestion de l’énergie électrique. Pour mieux poursuivre ses activités, elle bénéficiera d’une contribution remboursable de 500 000 dollars de Développement économique Canada pour les régions du Québec. Grâce à cette aide financière, Gentec pourra réaliser un projet d’expansion pour augmenter sa productivité et moderniser ses opérations en faisant l’acquisition d’équipements à la fine pointe de la technologie.

Fondée en 1959, Gentec inc. est spécialisée dans la conception, la fabrication et la commercialisation de solutions et produits sur mesure. Une équipe d’environ 70 employés est dédiée à la fabrication et à l’assemblage de produits électroniques et électriques. Son service d’assemblage de circuits électroniques est également offert en sous-traitance à un grand nombre d’entreprises. Au total, Gentec emploie près de 130 personnes. Elle prévoit que le projet actuel entraînera la création de 5 emplois et des investissements totaux de plus de 1,3 million de dollars.

Source : Développement économique Canada, 21-05-2019


Près de 1,4 M$ accordés aux entreprises CAMcube et RISEHoP pour accélérer leur croissance

Les gouvernements du Canada et du Québec ainsi qu’Investissement Québec attribuent des aides financières totalisant 1 375 000 $ aux entreprises CAMcube et RISEHoP pour appuyer la réalisation de projets qui représentent des investissements évalués à 2 410 000 $.

CAMcube

DEC accorde une contribution financière remboursable de 310 000 $ à l’entreprise CAMcube pour soutenir la mise en place d’un atelier d’assemblage à l’intérieur de son centre d’usinage existant, lequel servira à assembler une nouvelle machine destinée à la fabrication de prothèses dentaires. De plus, CAMcube prévoit assurer le contrôle de la qualité, la certification et la commercialisation de ce nouvel équipement.

Pour sa part, Investissement Québec attribue, à même ses fonds propres, un montant de 700 000 $ à l’entreprise afin d’appuyer la réalisation de ce projet, évalué à 2 010 000 $.

RISEHoP

Le gouvernement du Canada verse une somme de 132 500 $ issue de la Banque de développement du Canada ainsi qu’une contribution remboursable de 50 000 $ provenant de DEC à l’entreprise RISEHoP afin d’améliorer sa compétitivité par la mise en place d’une stratégie de commercialisation et d’exportation.

Mentionnons que le projet de RISEHoP représente des investissements de 400 000 $.

Source : Développement économique Canada, 21-05-2019


Réflex Photonique pourra poursuivre son expansion

Réflex Photonique est un chef de file dans la conception, la fabrication et la commercialisation d’éléments d’optique électronique et de photonique dans les domaines de la défense, de l’aérospatiale, des télécommunications et des centres de données. Elle fournit des émetteurs-récepteurs intégrés robustes pour une interconnexion d’environnements difficiles. Cette entreprise hautement innovante a connu une croissance impressionnante dans les dernières années et a investi plus de deux millions de dollars en recherche et développement en 2018.

Pour continuer sur sa lancée, elle bénéficiera d’une contribution remboursable de 500 000 dollars de Développement économique Canada pour les régions du Québec. Grâce à cette aide financière, l’entreprise pourra faire l’acquisition d’équipements spécialisés à la fine pointe de la technologie, tels un testeur du taux d’erreur et des logiciels d’analyses, ainsi que de l’équipement destiné à l’automatisation de procédés.

Source : Développement économique Canada, 21-05-2019


Explosion des ventes de bornes de recharge

Les ventes de bornes de recharge pour les voitures électriques explosent. C’est le constat que fait le président de l’entreprise Roulez électrique à Trois-Rivières. Sylvain Juteau a vendu 30 à 40 bornes par semaine au cours du dernier mois, alors que, pendant la dernière période hivernale, il en écoulait 20 à 25 par mois.

À l’usine Elmec à Shawinigan, les employés qui fabriquent les bornes EVDuty travaillent sans relâche pour répondre à la demande. Selon le président d’Elmec, la demande a augmenté « de 250 % en mai, comparativement à mai 2018 ».

Jean-Marc Pittet ajoute que «le mois de mai va être supérieur à la première année de l’entreprise, en 2014». Ce mois-ci, 1200 bornes doivent sortir de l’usine, alors que la production est habituellement de 800 par mois.

Les demandes ne viennent pas seulement des particuliers. Beaucoup d’entreprises prennent un virage vert.

Source : Le Journal de Montréal, 17-05-2019


Cloisons Starwall : le savoir-faire saguenéen au Grand Prix

Le savoir-faire saguenéen a laissé sa marque dans les nouvelles installations du circuit Gilles-Villeneuve, à Montréal, où se déroulera le Grand Prix du Canada de Formule 1, du 7 au 9 juin. On y retrouve les cloisons Starwall, fabriquées avec de l’aluminium produit au Saguenay–Lac-Saint-Jean et conçues à Chicoutimi.

Alors que les paddocks et les bureaux ont été inaugurés mercredi, le président de Partition Manufacturiers Associés (PMA), Pascal Mourgues, s’est réjoui, en entrevue téléphonique avec Le Progrès. L’entreprise de la rue Manic à Chicoutimi, établie dans la région depuis une vingtaine d’années, est propriétaire de la marque de commerce Starwall. « Notre participation pour le Grand Prix nous donne une notoriété importante », souligne-t-il.

C’est le distributeur lavallois du groupe Starwall LDMA, qui a géré le dossier du circuit Gilles-Villeneuve. Les cloisons ont une forte origine régionale. Les profils sont fabriqués dans l’usine chicoutimienne, avec des billettes d’aluminium provenant de Rio Tinto. Le procédé d’extrusion est accompli chez Pexal Tecalum à Alma, et la peinture est réalisée chez Revêtement sur métaux (RSM) à Jonquière. PMA s’occupe de la transformation finale et de l’expédition.

Sur le chantier montréalais, quatre employés de Système intérieur Saguenay (SIS), accrédités Starwall, ont été dépêchés pour l’installation des cloisons.

Source : Le Quotidien, 18-05-2019


Métaux GBL fonce malgré la pénurie de main-d’œuvre et décroche des contrats d’une valeur de 7 M$.

La rareté de main-d’œuvre impose un frein aux possibilités de croissance de bien des entreprises. Métaux GBL a pour sa part choisi de foncer et vient tout juste de décrocher des contrats d’une valeur de 7 M$.

L’entreprise aura le mandat de monter les structures d’aciers d’une école, d’un aréna et d’une aérogare dans le secteur de la Baie-James ainsi qu’un bâtiment de culture en serre en Abitibi.

Métaux GBL procédera à la préparation et à la confection de l’ensemble des pièces d’acier à son atelier de Dolbeau-Mistassini avant de les expédier sur place pour monter et boulonner les structures.

Pour y arriver, l’entreprise devra trouver des employés additionnels en atelier, en plus de doubler la taille de son équipe de chantier.

Il estime qu’il sera possible de trouver cette main-d’œuvre localement même s’il est bien connu que les soudeurs sont actuellement une denrée rare. Un plan B consisterait à avoir recours à de la sous-traitance, mais Raynald Guillemette espère ne pas avoir à en venir là.

Après avoir tourné au ralenti pendant quelques années, le marché de la construction semble vouloir reprendre de la vigueur. Métaux GBL souhaite que la roue puisse continuer de tourner et ainsi conserver tous les nouveaux emplois créés.

Source : Le Nouvelles Hebdo, 17-05-2019


Plusieurs projets d’agrandissement pour Canadian Malartic

L’année 2019 sera fort chargée pour Mine Canadian Malartic (MCM), alors que les projets Odyssey et East Malartic, tout comme les zones Sladen et Sheehan ainsi que la nouvelle propriété Rand Malartic feront l’objet d’exploration et de développement au cours des prochains mois.

Barnat est l’un des principaux projets d’expansion de MCM. Les informations obtenues indiquent que celui-ci respecte le budget ainsi que les échéanciers jusqu’à présent. Il est prévu que Barnat entre en production à la fin de 2019, mais que sa contribution sera plus marquée dès 2020.

Partenaire à 50 % de Canadian Malartic, Yamana Gold entend investir 34 M $ afin de poursuivre le projet d’extension de Canadian Malartic. Cette somme sera investie pour poursuivre les travaux de déviation de la 117, pour décaper le mort terrain et procéder à de l’excavation.

Premier trimestre

Lors du premier trimestre de 2019, MCM a produit 167 340 onces d’or réparties en parts égales entre Yamana Gold et Agnico Eagle, en vertu du Partenariat Canadian Malartic. Il s’agit d’une légère augmentation puisque pour les trois premiers mois de 2018, la mine avait produit 166 806 onces d’or.

Source : Le Citoyen Rouyn-La Sarre, 20-05-2019


Avancement du projet du Lac Guéret de Mason Graphite

Mason Graphite Inc. (« Mason Graphite » ou « la Société ») présente une mise à jour des activités récentes relatives au projet de mine et de concentrateur de graphite (le « Projet ») de Lac Guéret.

Au cours des derniers mois, la Société a poursuivi activement les discussions avec les institutions intéressées à financer la construction du Projet.

En parallèle aux discussions sur le financement, l’équipe de Mason Graphite a avancé toutes les activités menant à la construction. Il est à noter que ce niveau d’avancement est fort supérieur à plusieurs projets miniers qui entament leur phase de construction.

Le projet en quelques chiffres clés :

  • Ingénierie (toutes disciplines) : 75 % d’avancement (62 000 heures réalisées)
  • Approvisionnements (achats) : 63 lots au total, avancés à 71 %1
  • Contrats (fourniture et installation) : 57 contrats au total, avancés à 65 %2.

Ainsi, l’ingénierie des disciplines associées aux bâtiments et infrastructures est avancée à 98 % pour le génie civil, à 74 % pour le béton, à 65 % pour la structure et à 100 % pour l’architecture. L’ingénierie associée au procédé, soit la mécanique et la tuyauterie, est avancée à 79 %. Finalement, l’ingénierie pour l’électricité est avancée à 64 % alors que celle pour l’automatisation est complétée à 49 %, cette dernière discipline étant toujours tributaire des autres disciplines pour avancer.

L’équipe s’est aussi affairée à finaliser les bases et conditions des contrats, réaliser de nombreux appels d’offres et amorcer les négociations avec les principaux entrepreneurs.

D’ailleurs, plusieurs de ces contrats seront exécutés sous forme de partenariat avec des entrepreneurs choisis et les négociations avec ces derniers sont suffisamment avancées pour permettre l’octroi des contrats et débuter la construction.

Source : Globe Newswire, Mason Graphite, 14-05-2019


Les activités reprennent à l’ancienne usine Doral

Fermée depuis sept ans, l’ancienne usine Doral revit depuis quelques semaines à la faveur de la fabrication du wave boat, un bateau qui se propulse grâce à une motomarine encastrée dans l’embarcation.

Le produit a été développé en France il y a une dizaine d’années par Sealver. C’est l’entreprise Dion Moto inc., de Saint-Raymond-de-Portneuf, qui a obtenu la licence du wave boat pour le Canada. Ses propriétaires, Pierre Gagnon et Sacha Orliange, figurent parmi les quatre actionnaires de Composite Multifab qui s’est installé dans la grande usine de la 3e rue, du secteur Grand-Mère. Le quatuor est complété par Patrick Bardon, concepteur du produit et président de Sealver, et le Shawiniganais Éric Lynch. «Au départ, nous voulions importer leurs produits mais avec la vigueur de l’euro face au dollar canadien, c’est plus économique de les fabriquer ici», explique Pierre Gagnon.

C’est évidemment le bassin de main-d’œuvre spécialisé dans la fabrication d’embarcations nautiques qui a emmené l’entreprise à s’établir à Shawinigan. Éric Lynch a été lui-même sous-traitant durant de nombreuses années pour Doral en fabriquant leurs moules.

Le wave boat est adapté à tous les modèles de Sea Doo (sauf Spark), Yamaha et Kawasaki. Aussi ingénieux que simple, le système consiste à introduire la motomarine dans le réceptacle du bateau par des glissières. Ces dernières sont moulées aux formes des différents modèles et peuvent donc être changées facilement advenant l’achat d’une nouvelle motomarine. Le système est complété par une sangle qui vient ceinturer l’engin motorisé à l’arrière.

Actuellement, l’entreprise compte une douzaine de travailleurs mais une vingtaine de postes sont à combler (technicien en composite, peintre, finisseur, découpeur, assembleur, etc.). En plus des waves boats, Composite Multifab fabrique des bateaux pour Canadian Electric Boats, de Montréal et des moules pour d’autres fabricants. «Notre carnet de commandes est pas mal rempli», déclare avec enthousiasme Éric Lynch.

Source : L’Hebdo du St-Maurice, 22-05-2019


Bombardier vend sept Global 7500

La société de gestion d’avions hongkongaise HK Bellawings Jet prendra livraison de sept nouveaux appareils d’affaires Global 7500, le nouvel avion phare de Bombardier. Deux de ces commandes sont des options déjà incluses à un contrat précédent et que l’acheteur a décidé d’exercer. Les cinq autres sont nouvelles. À un prix de catalogue annoncé de plus de 70 millions de dollars américains (95 millions de dollars canadiens), les sept avions représentent une valeur de près de 500 millions US (650 millions CAN).

C’est sur le Global 7500, entré en service à la fin 2018, que repose l’essentiel de la croissance estimée par Bombardier du côté aéronautique.

Source : La Presse Plus, 22-05-2019


Ottawa dépensera plus de 15 milliards pour renouveler la flotte de la Garde côtière

Le gouvernement Trudeau annonce son intention de renouveler la flotte de la Garde côtière canadienne. Il souhaite faire construire jusqu’à 18 nouveaux grands navires, une initiative qui coûterait 15,7 milliards de dollars au Trésor public.

Les chantiers Seaspan’s Vancouver Shipyards et Irving Shipbuilding d’Halifax auront la tâche de construire ces grands navires.

L’entreprise Vancouver Shipyards aura le mandat de construire jusqu’à 16 navires polyvalents tandis que la compagnie Irving Shipbuilding devra fabriquer deux nouveaux navires de patrouille de l’Arctique et extracôtière.

Ces grands bateaux auront notamment des missions de déglaçage léger, de patrouille extracôtières et de recherche et sauvetage.

De plus, le gouvernement fédéral compte ajouter un troisième chantier naval canadien en tant que partenaire dans sa Stratégie nationale de construction navale.

Un processus concurrentiel sera lancé dans le but de sélectionner le troisième chantier naval. Il concerne la conception de nouveaux navires de plus petite taille, le « nouveau navire multimission semi-hauturier », selon le communiqué du gouvernement.

Par ailleurs, le gouvernement fédéral prévoit investir dans « la prolongation de la durée de vie des navires, la remise à neuf et les travaux d’entretien dans les chantiers navals partout au Canada », peut-on lire dans le communiqué.

Source : ICI Radio Canada, 22-05-2019

(Crédit photo : le Citoyen Rouyn La Sarre)
Partagez cet article : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone