Les bonnes nouvelles de l’industrie

Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Agnico Eagle, Géliko, l’Atelier de Soudure Gilles Aspirault, Consortium ATA, Alco-TMI d’Alma, Arianne Phosphate

 

Tournée du Québec En action pour la main-d’œuvre – Le ministre Jean Boulet annonce un soutien de près de 5,2 millions de dollars pour la formation de 278 travailleurs

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale et ministre responsable de la région de la Mauricie, M. Jean Boulet, annonce un soutien de près de 5,2 millions de dollars pour la formation en alternance travail-études de 278 travailleurs dans les secteurs de la fabrication métallique industrielle et de l’automobile.

Ces travailleurs seront formés dans le cadre de 12 projets différents, dont neuf seront pilotés par le Comité sectoriel de la main-d’œuvre dans le secteur de la fabrication métallique industrielle, le comité Perform, deux par le Comité paritaire sur l’industrie des services automobiles des Cantons de l’Est et un par le Comité paritaire de l’industrie des services automobiles de la région de Québec.

Les professions visées par ces projets, comme peintre industriel, poseur de tôlerie de précision et mécanicien automobile, font partie de celles pour lesquelles les entreprises de ces secteurs ont de la difficulté à recruter du personnel qualifié. Les projets se dérouleront dans plusieurs régions du Québec, dont l’Estrie, où seront formées 94 personnes dans le cadre de 4 projets.

Un des projets prévoit la formation de 38 travailleurs en peinture industrielle en Estrie, où la demande pour cette profession est particulièrement élevée. D’ailleurs, 16 entreprises estriennes participeront au projet. Offerte par la Commission scolaire des Sommets, la formation se déroulera autant au centre de formation professionnelle qu’en entreprise au cours d’un stage, et les participants obtiendront une attestation d’études professionnelles (AEP).

En ce moment, près de 6 443 entreprises ont été appelées au Québec. Pour l’Estrie, le personnel du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale a contacté jusqu’à présent 319 entreprises et il a pu échanger avec 194 d’entre elles au sujet de leurs besoins de main-d’œuvre. Des conseillers aux entreprises rencontreront par la suite plusieurs de ces entreprises. Ces activités s’ajoutent aux interventions déjà en cours dans les entreprises de la région.

Le Programme de formations de courte durée privilégiant les stages dans les professions priorisées par la CPMT permet de couvrir des frais de formation pour le développement des compétences de personnes déjà à l’emploi d’une entreprise, mais qui sont dégagées de leurs tâches pour bénéficier de la formation. Il couvre également les personnes nouvellement embauchées qui occuperont un poste au plus tard à la fin du projet de formation. Cette démarche doit mener à une attestation d’études professionnelles (DEP), une attestation de spécialisation professionnelle (ASP), un diplôme d’études collégiales (DEC) ou un diplôme d’études professionnelles (DEP).

Ce programme innovant prévoit une formule d’alternance travail-études afin de répondre aux besoins des entreprises tout en favorisant leur engagement dans la formation de la main-d’œuvre actuelle et future.

Source : Ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, 06-05-2019


Des camions assemblés à Amos pour le Grand Nord

Un partenariat entre le Centre du camion et Agnico Eagle fait en sorte qu’à terme, pas moins de 23 camions pouvant tirer 150 tonnes de minerai dans les conditions extrêmes du Grand Nord auront été assemblés à Amos.

Les camions arrivent complètement dépouillés de l’usine de Renton. Ils sont ensuite assemblés sur mesure par le Centre du camion à Amos.

Ces véhicules sont destinés au projet aurifère Amaruq, au Nunavut, tout juste au nord-ouest de la baie d’Hudson. Ils transporteront le minerai extrait à Amaruq sur environ 70 km jusqu’au concentrateur de Meadowbank, où il sera traité.

Il s’agit d’un camion Kenworth C500 avec six roues motrices fabriqué à l’usine de Renton, dans l’État de Washington. Muni d’un moteur Cummins X15, ce puissant camion est très malléable et peut être adapté, selon les besoins. C’est là qu’entre en jeu l’équipe du Centre du camion, qui apporte toutes les modifications nécessaires afin qu’il puisse répondre aux exigences d’Agnico Eagle.

Les camions assemblés par le Centre du camion devront opérer dans des conditions extrêmes, au Nunavut.

L’entreprise amossoise effectue pour plus de 115 000 $ de modifications sur chacun des camions. Elle ajoute 10 800 livres d’équipements, allant des systèmes hydrauliques aux rampes d’accès et passerelles avec garde-corps permettant aux opérateurs de circuler en sécurité sur leur camion.

Pas moins de quatre personnes travaillent à temps plein depuis la mi-janvier sur l’assemblage des véhicules. Elles consacrent plus de 200 heures à chaque camion. Le Centre du camion fait aussi fabriquer les rampes et passerelles en sous-traitance par SMG Amos. «On fonctionne plus comme une usine d’assemblage pour les 16 nouveaux camions. On travaille aussi en étroite collaboration avec Témisko, à Notre-Dame-du-Nord, qui construit les remorques à double benne», estime Alain Sayeur.

Des modifications sont aussi apportées pour affronter les conditions météorologiques extrêmes.

Cette flotte de 23 véhicules s’avérera une pièce importante du puzzle pour le projet Amaruq, puisqu’il faudra transporter 3,2 millions de tonnes de minerai par an. Il s’agit aussi de la clé de voûte du développement d’Agnico Eagle dans le Grand Nord.

Cette collaboration revêt aussi toute son importance pour le Centre du camion d’Amos, qui y voit l’opportunité de développer de nouveaux marchés dans le domaine minier.

Source : Le Citoyen Rouyn-La Sarre, 05-05-2019.


Géliko multiplie sa capacité de production

Située dans le quartier Évain de Rouyn-Noranda, l’entreprise Géliko, spécialisée dans la fabrication et la réparation de cylindres hydrauliques, aura investi près de 7 M $ en deux ans pour agrandir ses installations et mettre à jour ses équipements.

Ces investissements ont été rendus possibles grâce à une fusion avec le groupe Accès, qui a acquis 50 % des parts de la compagnie. Les deux autres copropriétaires, François Gélinas et Guillaume Barette, demeurent actifs au sein de l’entreprise.

Outre les cylindres hydrauliques, Géliko se spécialise dans l’habillage de véhicules miniers de manière à répondre aux exigences minières.

La manufacture passera de 10 235 pieds carrés à 26 401 pieds carrés, tandis que l’atelier de peinture, lui, passera de 3637 pieds carrés à 6080 pieds carrés. Ainsi, Géliko aura plus que doublé sa superficie à la fin des travaux, prévue au plus tard pour août.

En plus des agrandissements, l’entreprise a fait l’acquisition de matériel de pointe comme une presse hydraulique de 236 tonnes, un banc hydraulique, un tour semi-automatique, quatre ponts roulants, dont un de 35 tonnes, plus d’autres améliorations.

Un département de dessin industriel sera également aménagé et l’entreprise passera de deux à quatre dessinateurs.

Géliko prend une série de mesures pour réduire son empreinte environnementale comme c’est le cas dans sa chambre de nettoyage au jet de sable à un demi-million $, où un système permettra de nettoyer le sable de ses résidus pour pouvoir le réutiliser.

Géliko embarque donc à pieds joints dans la quatrième révolution industrielle. «On s’en va vers l’industrie 4.0, avec l’automatisation et la robotisation. Une personne pourra passer une commande directement en ligne, du Mexique ou d’ailleurs. Comme tous nos appareils seront reliés au même type de serveur, le système pourra autoriser la commande en confirmant que nous sommes en mesure de faire le travail pour telle date. Ensuite, il nous restera seulement à placer cela dans notre carnet de commandes», a expliqué François Gélinas, président de Géliko.

Source : Le Citoyen Rouyn-La Sarre, 03-05-2019


Des homardiers 100 % gaspésiens construits à Rivière-au-Renard

L’Atelier de Soudure Gilles Aspirault, situé à Rivière-au-Renard, s’est lancé dans la fabrication de bateau. Deux homardiers ont été construits cet hiver.

Le copropriétaire, Marcel Smith, explique que l’entreprise effectuait déjà différents types de réparations, mais la demande pour la construction complète était forte. Cinq employés ont travaillé sur deux homardiers, qui ont été livrés en trois mois.

« Ç’a été un gros défi cet hiver avec tous les autres contrats de réparation. On a travaillé tous les jours de la semaine et de soir », mentionne Marcel Smith. Les homardiers mesurent 11,5 mètres (38 pieds).

«Les homardiers sont un produit gaspésien à 100%, ça comprend tout. L’électronique, l’électricité, les moteurs, la peinture et toute la fabrication au complet.»

Deux autres homardiers seront construits prochainement. L’entreprise pourrait aussi réaliser d’autres types de bateaux pour la pêche à la crevette, la pêche au crabe et la pêche au poisson de fond notamment.

Source : ICI Radio Canada, 01-05-2019


Consortium ATA | Contrat majeur pour Alco-TMI d’Alma

Le consortium ATA, dont fait partie l’entreprise Alco-TMI d’Alma en compagnie d’Arno de Trois-Rivières et Transelec de Laval, a remporté un contrat de près de 66 M$ pour la fourniture et l’installation des systèmes mécaniques, électriques, de commande et d’architecture de la centrale Romaine-4.

Le consortium travaillait déjà sur un contrat semblable pour le chantier de la Romaine-3 depuis 2014 et venait de terminer ces travaux.

Dans le cadre du consortium, Alco-TMI s’occupera de la fabrication et de l’installation des composantes mécaniques pour la centrale, sauf le groupe turbine-alternateur dont le contrat est réalisé par une autre entreprise. Arno prendra en charge la portion électrique, alors que Transelec se spécialise dans le génie civil.

Le contrat de la Romaine-4 se terminera vers 2022.

Source : Informe Affaires, 07-05-2019


Le gouvernement du Québec investit 1,5 M$ dans Arianne Phosphate

Arianne Phosphate a annoncé ce matin que le gouvernement du Québec procède à un investissement de 1,5 millions de dollars par voie de placement privé en équité. Cet investissement permet à la minière de poursuivre le développement de son projet de mine de phosphate au Lac à Paul.

Source : Informe Affaires, 07-05-2019

(Crédit photo: Le Citoyen Rouyn – La Sarre)
Partagez cet article : Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email