Les bonnes nouvelles de l’industrie

Métaux BlackRock, Sani-Éco, Machinex, Systra, AddÉnergie Technologie, AddÉnergie Technologie, Hydro Québec, Finloc 2000, Manac, Usinage numérique HB,  Zone PowerTrack, Industries Soudex, Canada Goose

 

BlackRock obtient le décret de Québec

Métaux BlackRock (MBR) a confirmé au cours des dernières heures, par voie de communiqué, que le conseil des ministres du gouvernement du Québec avait déposé le décret autorisant les travaux de la fonderie de ferrovanadium de Saguenay. L’entreprise assure donc posséder les certificats d’autorisation (CA) nécessaires pour aller de l’avant avec la construction de son complexe industriel sur le site de Port de Saguenay.

MBR souligne que la minière pourra ainsi mettre la touche finale à son montage financier à la hauteur de 1 G$ pour la construction de son site minier et de sa fonderie. L’entreprise avait par ailleurs annoncé, le 26 avril dernier, qu’elle avait obtenu les autorisations gouvernementales nécessaires à l’implantation de sa mine de ferrovanadium près de Chibougamau.

Le déboisement du site devrait débuter au mois de mai, pour que les travaux préliminaires débutent avant l’été. Les gestionnaires de Métaux BlackRock seraient actuellement à la recherche ou en discussions avec des sous-traitants et de fournisseurs pour la réalisation des différentes étapes du projet. Ce travail essentiel se ferait en étroite collaboration avec le Comité de maximisation des retombées des grands projets (CMAX). La construction de la mine et du complexe de fonderie devrait s’étendre sur une période de deux ans.

Source : Informe Affaires, 01-05-2019


Sani-Éco fait figure de pionnière

Sani-Éco a investi 5,5 millions $ au cours des derniers mois pour moderniser son centre de tri. Ce faisant, il s’agit du premier endroit au Canada à intégrer deux robots trieurs, développés par l’entreprise Machinex de Plessisville.

Pour y arriver, les activités du centre de tri ont été arrêtées durant six semaines l’automne dernier. Les nouveaux équipements sont en fonction depuis le 1er janvier et l’équipe de Sani-Éco commence à reprendre le dessus sur le travail accumulé, souligne-t-elle.

Chose certaine, les travaux réalisés attirent l’attention. Le fabricant Machinex, qui était aussi à l’origine des équipements précédents, a fait du centre de tri de Sani-Éco une « vitrine technologique » pour les nouveaux robots trieurs « SamurAi » qu’il a développés.

L’exemple de Sani-Éco, qui reçoit la collecte sélective d’une trentaine de municipalités, continuera par ailleurs de servir. Machinex y recevra au cours des prochains jours, voire des semaines, des clients potentiels de Toronto et de l’Europe, dit le président Pierre Paré.

Source : La Voix de L’Est, 30-04-2018


Tramway: la firme Systra fera l’étude comparative

La Ville de Québec mandate Systra, déjà sous contrat avec elle, pour réaliser l’étude comparative «indépendante» qui soutient le choix d’un tramway sur celui d’un métro ou tout autre mode de transport.

Systra est l’entreprise qui fait depuis novembre l’accompagnement technique pour la conception du tramway et l’électrification du réseau. L’étude comparative est exigée par le ministère de l’Environnement pour répondre aux préoccupations citoyennes lors de récentes consultations publiques.

«Elle comparera l’opportunité d’un train léger sur rail, d’un monorail et d’un métro versus un tramway», précise le président du Réseau de transport de la Capitale et vice-président du comité exécutif, Rémy Normand. «Elle tiendra compte de paramètres comme les exigences de construction, la fiabilité, le coût de construction, d’exploitation et d’entretien au kilomètre de chaque mode.»

Les résultats de l’étude seront ensuite validés par un expert ou groupe d’experts indépendants qui sont encore à déterminer. M. Normand explique le choix de Systra du fait que l’exercice gagnera en rapidité plutôt que de publier un nouvel appel d’offres.

Source : Le Soleil, 30-04-2019


5 nouvelles bornes de recharge pour véhicules électriques à Rouyn-Noranda

La Ville de Rouyn-Noranda annonce l’implantation de cinq nouvelles bornes de recharge électrique de niveau deux sur son territoire.

Le contrat a été octroyé à AddÉnergie Technologie pour un montant de 26 000 $.

Trois des cinq bornes seront réservées à l’usage de la municipalité et les deux autres seront pour l’usage public.

Hydro Québec a aussi annoncé l’implantation d’une borne de recharge rapide à Rouyn-Noranda en 2019.

Source : ICI Radio Canada, 30-04-2019


vHub: le Airbnb des remorques

Jusqu’à 25 % de la distance parcourue par tous les camions qui roulent au Canada se fait avec une remorque vide. Une statistique négative que veut améliorer Finloc 2000.

Ces kilomètres «vides» résultent d’une perte d’argent pour l’industrie, une perte de temps pour les chauffeurs — dans un contexte de rareté de main-d’œuvre — et une pollution de l’environnement supplémentaire.

L’entreprise de Saint-Georges de Beauce Finloc lance donc l’application Web et mobile vHub, le partage intelligent des remorques. Ce qui pourrait être une partie de la solution à tous ces problèmes.

«L’objectif de la plateforme c’est de trouver une remorque à louer proche de toi. C’est un nouveau produit, un nouveau service qui vient mettre en marché la capacité excédentaire des remorques de nos clients. C’est pour créer des revenus additionnels à l’industrie», explique le président de Finloc, Sébastien Blouin.

L’application se veut donc un outil pour les propriétaires et les locataires de remorques dans l’industrie commerciale. Elle fonctionne à peu près comme fonctionne Airbnb. L’utilisateur effectue une recherche en fonction de ses besoins — distance, grosseur de remorques, temps d’utilisation —, puis l’application lui présente les options qui s’offrent à lui. Finloc veut miser sur l’effet de proximité.

«Finloc est une société de financement non traditionnelle spécialisée dans le financement de camions et de remorques. On est liés avec la société Manac qui est un des plus grands fabricants de semi-remorques en Amérique du Nord, on est dans les affaires depuis une quarantaine d’années», indique M. Blouin.

L’entreprise Finloc travaille donc dans l’industrie depuis longtemps, elle connaît les enjeux parce qu’elle en est témoin. Elle voulait aussi se lancer dans un virage numérique, afin de permettre à l’industrie du camionnage de se moderniser.

Source : Le Quotidien, 30-04-2019


Usinage numérique HB vise l’international

Pourtant, depuis quatorze ans, la PME de Dolbeau-Mistassini vogue sur la croissance.

La demande est telle que la compagnie s’est installée dans une usine bâtie sur mesure en 2013. Vite à l’étroit, la PME a ajouté une deuxième adresse à peine quatre ans plus tard.

Cette deuxième usine a permis à Usinage numérique HB, aujourd’hui propriété de trois actionnaires, d’offrir un service d’assemblage mécanique, ce qui était physiquement impossible auparavant.

Pour se diversifier, la PME développe ses propres produits, comme le Rapid Strap. Ce dispositif, breveté au Canada et aux États-Unis, permet aux camionneurs d’enrouler leurs sangles à l’aide d’une perceuse, ce qui rend l’opération plus rapide et plus facile.

Après avoir pris le temps de bien tester le dispositif, Hermel Bujold est maintenant prêt à mettre le pied sur l’accélérateur pour conquérir le marché.

La PME a aussi fait l’acquisition de Zone PowerTrack en 2018, fabricant de chenilles pour Jeep et camionnettes permettant de rouler dans la vase, le sable, la neige, etc. Depuis, le produit a été vendu dans plusieurs pays.

Aujourd’hui, la PME tente d’augmenter sa force de vente, notamment en Europe, pour ce produit distinctif.

Même si ces créneaux restent à renforcer, Usinage numérique HB fonctionne à plein rendement. Toutefois, pour limiter la sous-traitance, Usinage numérique HB mise aussi sur la technologie. D’ailleurs, Québec et Ottawa ont accordé 158 000 $ et 200 000 $, des sommes remboursables, à l’entreprise pour faire l’acquisition d’un centre d’usinage et de systèmes de contrôle de la qualité.

Un investissement total de 667 000 $ permettant de maintenir le cap sur la qualité et le respect des échéanciers.

Source : Les Affaires, 25-04-2019


Industries Soudex se lance dans la construction

Après avoir fait l’acquisition d’Industries Soudex en février 2018, le nouveau propriétaire Pierre Blackburn a lancé, il y a six mois, une toute nouvelle division construction. Cette nouvelle entité a permis la création de six nouveaux postes au sein de l’entreprise, portant à 15 le nombre d’employés.

Des investissements ont aussi été réalisés pour l’acquisition de camions et d’outillage. La division Construction offrira des services dans les secteurs de la plomberie, du chauffage et de la protection incendie (gicleurs) pour les marchés résidentiel, commercial, industriel ou agricole.

Pierre Blackburn prépare actuellement d’autres projets, dont un dossier qui nécessitera un investissement majeur. Il souhaite aussi garder son entreprise à l’affût des nouvelles technologies. « La prochaine étape, c’est le numérique. On est à regarder tout ça », conclut-il.

Rappelons qu’en plus de la soudure, de l’usinage et du machinage, Industries Soudex effectue le roulage de pièces et l’entretien d’équipement pour divers clients dans les secteurs agricole, forestier et du sciage, en plus de répondre aux besoins des particuliers.

Source : Informe Affaires, 25-04-2019


Une deuxième usine Canada Goose ouvre ses portes à Montréal

L’usine de Canada Goose à Montréal a ouvert ses portes officiellement aujourd’hui sur la rue Chabanel. Déjà 170 employés sont en poste pour fabriquer trois modèles de manteaux en duvet de la marque qui seront vendus à travers le monde. D’ici 2020, un total de 650 personnes seront à l’oeuvre dans l’ancien quartier de l’industrie manufacturière, qui revit tranquillement.

L’entreprise canadienne, qui possède une deuxième usine au Québec, à Boisbriand, mise sur ses conditions d’emplois pour attirer des travailleurs dans un marché fort compétitif. Actuellement, il manque mille opérateurs de machines à coudre à Montréal.

Source : La Presse Affaires, 29-04-2019


L’entreprise Les Produits Gilbert modernise ses installations et accroît sa productivité

Les gouvernements du Canada et du Québec ainsi qu’Investissement Québec attribuent des aides financières totalisant 3 976 000 $ à l’entreprise Les Produits Gilbert pour appuyer la réalisation d’un projet d’investissement évalué à près de 5 millions de dollars.

Ce projet vise l’acquisition d’équipements numériques à la fine pointe de la technologie, tels que des cellules de soudage robotisées ainsi que des centres d’usinage entièrement automatisés, qui permettront à l’entreprise d’assurer sa croissance, d’accroître sa productivité et de créer 18 emplois.

Source : Développement économique Canada, 26-04-2019

(Crédit photo : Ici Radio Canada)
Partagez cet article : Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Email this to someone
email