Dévoilement des résultats de la 9e édition du Baromètre industriel québécois de STIQ

Publié le 4 mai 2018.

Le train du virage 4.0 est en marche, mais il faut qu’il accélère

La 9e édition du Baromètre industriel québécois de STIQ révèle que près de 76 % des PME manufacturières ont intégré ou prévoient intégrer des technologies numériques. Les entreprises qui ont commencé leur virage vers le 4.0 ont connu une augmentation importante de leur chiffre d’affaires, sont plus nombreuses à vendre à l’international, sont plus compétitives et ont connu une augmentation de leur nombre d’employés.

«L’un des principaux défis pour les PME québécoises sera d’entreprendre ou de poursuivre la transition vers l’industrie 4.0. Trop de PME manufacturières – le quart – n’ont pas encore commencé à intégrer les technologies numériques dans leurs processus opérationnels et de gestion. Les résultats du Baromètre sont probants, les entreprises qui ont intégré ou prévoient intégrer des technologies numériques performent mieux », souligne Richard Blanchet, président-directeur général de STIQ.

Un secteur manufacturier en croissance

De façon générale, le secteur manufacturier a connu une croissance importante en 2017. Selon l’enquête Baromètre, réalisée auprès de 500 entreprises de 10 à 500 employés, 67 % des entreprises interrogées ont connu, en 2017, une augmentation significative de leur chiffre d’affaires par rapport à 2016, alors que seulement 8 % ont connu une diminution aussi importante. Depuis les débuts de l’enquête, jamais la différence entre ces deux chiffres n’a été aussi marquée.

Parallèlement, 40 % des entreprises ont connu une hausse importante de leur nombre d’employés, alors que seulement 7 % ont connu une baisse. Depuis l’an dernier, l’écart entre les entreprises qui embauchent et celles qui font des mises à pied s’est accru.

Les PME manufacturières du Québec doivent composer avec plusieurs défis, tous interreliés

L’étude de STIQ fait état de nombreuses problématiques auxquelles sont confrontées les PME manufacturières québécoises. Les plus préoccupantes sont liées au recrutement du personnel, celui-ci n’a jamais été aussi important et affecte 82% des répondants. L’enjeu de la relève est également majeur pour 73 % des PME. La situation est critique au point de compromettre la croissance même de certaines entreprises.

Si les ventes se portent bien, il en va autrement du renouvellement de la clientèle. En 2017, seulement 34 % des répondants au sondage déclarent que plus de 10 % de leur chiffre d’affaires a été généré par de nouveaux clients. Ce pourcentage est en décroissance depuis quelques années.

Cette année encore, on constate une stagnation des investissements des PME en termes d’équipement et un recul de l’investissement en Recherche et Développement (R-D), seulement 13 % des répondants y ont investi plus de 5 % de leur chiffre d’affaires en 2017.

Innover et investir vont de pair

Le diagnostic est connu depuis longtemps : les PME manufacturières québécoises n’investissent pas suffisamment, ce qui affecte leur productivité et leur compétitivité. Pourtant, investir, ça rapporte ! Les entreprises qui investissent massivement en équipement, en R-D et en TIC sont plus nombreuses à connaitre une importante croissance de leur chiffre d’affaires, de leurs ventes à l’extérieur du Québec et de leurs embauches.

En matière d’innovation, la performance de nos PME est relativement bonne, mais elle pourrait s’améliorer : un quart d’entre elles ne font aucune, ou très peu, d’actions innovantes. Encore une fois, les résultats du Baromètre démontrent que les entreprises qui innovent sont beaucoup plus compétitives et obtiennent de meilleurs résultats que celles qui n’ont fait aucune action innovante.

Plus les entreprises investissent, plus elles innovent et plus elles se démarquent !

« Les résultats du Baromètre industriel québécois sont très révélateurs : l’innovation demeure une condition de survie pour nos entreprises.  Bonne nouvelle, la plupart des PME ont entrepris des actions innovantes.  Mais il faut accélérer le virage vers l’industrie 4.0, investir en technologies et accentuer la formation de notre main-d’œuvre.   À Investissement Québec, de concert avec STIQ, un de nos partenaires de l’Initiative manufacturière, nous sommes là pour appuyer les entreprises qui veulent prospérer »,  a déclaré Pierre Gabriel Côté, président-directeur général d’Investissement Québec.

Les PME jouent un rôle indéniable dans la pérennité et la prospérité du secteur manufacturier québécois. Plusieurs sont des modèles de réussite, car elles ont misé sur leurs employés, l’innovation, les investissements et les technologies de pointe pour répondre aux attentes de leurs clients. Parions qu’elles en inspireront beaucoup d’autres…

Pour consulter l’étude complète : Baromètre industriel québécois-9e édition

Partagez cet article : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone