Les bonnes nouvelles de l’industrie

Chantier maritime de la Gaspésie, Projet CLEER, Lac Bloom, Nemaska Lithium, Alliance Magnesium, Carrière de silice de Saint-Vianney, Nouveau Monde Graphite, Johnson Electric, Charlevoix, Usinage numérique HB

Les chantiers maritimes de la Gaspésie ont le vent dans les voiles

La construction de six navires de recherche et de sauvetage de la Garde côtière canadienne a commencé au chantier naval Forillon de Gaspé

Les chantiers maritimes de la Gaspésie sont bien loin du marasme qui se dessine dans d’autres chantiers québécois, à la Davie notamment. Bien que beaucoup plus petits, les chantiers de la région décrochent de nombreux contrats et ont le vent dans les voiles.

Au Chantier naval Forillon, on vient tout juste de livrer un premier bateau à la garde-côtière canadienne. Le directeur général Jean-David Samuel et son équipe de 60 employés se préparent à recevoir de nouveaux contrats. D’ici là, les carnets de commandes demeurent bien garnis.

« On a de bons contrats présentement. Avec le fédéral et dans le privé aussi ça va bien. On a des contrats jusqu’en 2020. »

Aux Méchins, les 175 employés de Verreault Navigation n’ont pas non plus à craindre de perdre leur travail. Le vice-président du Groupe Maritime Verrault Simon Riopel assure que le chantier des Méchins va très bien. Même que l’année 2016 aura été la meilleure depuis 60 ans.

Le chantier planche également sur d’importants projets d’expansion qui pourraient notamment se traduire sur l’acquisition du quai des Méchins.

À Gaspé, les Entreprises Maritimes Bouchard ont récemment changé de propriétaires. En plus de la réparation, le chantier donne maintenant dans la construction et l’équipe travaille déjà à la création de deux bateaux de pêche au crabe.

Les chantiers navals gaspésiens ont beaucoup de clients, mais peu demain-d’œuvre. C’est devenu un frein pour l’industrie. Les responsables travaillent donc d’arrache-pied pour trouver des employés à la hauteur de leurs ambitions.

Source: ICI Radio Canada, 04-12-2017

Le projet CLEER de supergrappe minière pré-sélectionné pour recevoir un investissement de 950 millions de dollars

Le gouvernement fédéral du Canada a annoncé récemment avoir choisi l’initiative de supergrappe minière CLEER (Clean (Propre), Low-energy (Faible en consommation d’énergie), Effective (Efficace), Engaged (Impliqué) et Remediated (Remédiation)) comme l’une des 9 propositions pré-sélectionnées pour obtenir une partie d’un investissement fédéral de 950 millions de dollars pour stimuler l’économie du pays et la création d’emplois. CLEER a été pré-sélectionné en raison de son potentiel à générer des impacts environnementaux positifs considérables, à insuffler de l’énergie aux économies régionales et à créer des emplois.

La supergrappe minière, dirigée conjointement par le Conseil canadien de l’innovation minière (CMIC) et le Centre d’excellence en innovation minière (CEMI), et soutenue par plus de 90 organisations en lien avec le secteur minier, dont Goldcorp, Barrick, Teck, Glencore, Vale, et l’Université de la Colombie-Britannique, a soumis une proposition qui vise à transformer le secteur minier canadien en mettant l’accent sur les ressources et technologies propres et une extraction responsable des métaux. La proposition se concentre sur l’utilisation de l’eau, l’intensité énergétique et l’empreinte environnementale, avec l’objectif ambitieux d’une réduction de 50 % dans chacun des domaines d’ici 2027.

Source: Goldcorp, 04-12-2017

Reprise des activités minières au lac Bloom.

Une brochette d’invités de marque était rassemblée à la mine du lac Bloom à proximité de Fermont, le 15 novembre dernier, dans le cadre d’une conférence de presse où l’on a fait l’annonce officielle de la reprise des activités minières par Minerai de fer Québec (MFQ), une filiale de la compagnie Champion, prévue en mars 2018.

Le gouvernement du Québec a annoncé pour l’occasion un investissement additionnel totalisant 26,2 M $ pour soutenir la poursuite de la relance des activités de cette mine par la société Minerai de fer Québec dont le redémarrage engendrera la création de 450 emplois de qualité et générera d’importantes retombées économiques dans la région de la Côte-Nord.

MFQ qui emploie actuellement plus de 250 personnes accélère dorénavant le processus d’embauche et souhaite atteindre l’objectif de plus de 450 travailleurs grâce à un recrutement intensif d’ici le lancement des opérations. En outre, le redémarrage aura nécessité des investissements de 160 M $ où le gouvernement du Québec est partenaire à 36,8 %.

Source: Le Trait d’union du Nord, 04-12-2017

Première importante pour Nemaska Lithium

Le Québec sera bientôt un leader mondial en lithium pour batteries de voitures électriques, prédit Nemaska Lithium après avoir produit sa première tonne et demie de produits finis de sa mine Whabouchi à son usine de Shawinigan.

Le Québec sera bientôt un leader mondial en lithium pour batteries de voitures électriques, prédit Nemaska Lithium après avoir produit sa première tonne et demie de produits finis de sa mine Whabouchi, au nord de Chibougamau, à son usine de Shawinigan.

Le projet s’élève à plus d’un demi-milliard $. L’usine de Nemaska Lithium, située à l’ancien emplacement de Produits forestiers Résolu, à Grand-Mère, à Shawinigan, a coûté 300 millions $ et la mine, 200 millions $. La production doit commencer fin 2018.

Source: TVA Nouvelles, 05-12-2017

Alliance Magnésium achète Magnola

ALLIANCE MAGNÉSIUM INC. (« AMI ») est heureuse d’annoncer qu’elle a fait l’acquisition de la totalité des actions des sociétés Métallurgie Magnola Inc. et Mines Magnola Inc. La transaction confère à AMI la propriété seule et entière des sites industriel et minier de Magnola à Danville au Québec.

Le site contient notamment des installations et des équipements de l’ancienne usine de production de magnésium dont une récente évaluation par une firme spécialisée indépendante donnait une estimation de la valeur à plus de $85 millions CAN. La propriété contient également un dépôt de grande valeur estimé à plus de 100 millions de tonnes de serpentines, la matière première utilisée par AMI et qui contient près de 25 % de magnésium.

Magnola offre donc à AMI l’infrastructure nécessaire au déploiement des activités de construction et d’opération d’une usine de production de 50 000 tonnes de magnésium d’ici 2021 et à la création de plus de 350 emplois directs.

Source: CNW Telbec, Alliance Magnésium, 05-12-2017

Feu vert pour l’exploitation de la carrière de silice de Saint-Vianney

La compagnie Les Métaux canadiens inc. a obtenu les autorisations environnementales pour exploiter la carrière de silice de Saint-Vianney dans la Matapédia.

Il s’agissait du principal obstacle réglementaire avant l’exploitation de la carrière. Le certificat permet l’extraction de 100 000 tonnes et moins de silice. De quoi fournir du travail à une quinzaine de personnes pendant 5 ou 6 semaines.

La compagnie qui attendait cette autorisation depuis plusieurs mois peut maintenant se concentrer sur la recherche de clients.

Le président et chef des opérations, Hubert Vallée, précise que des négociations sont en cours avec trois groupes provenant d’Europe et d’Asie. La marchandise serait exportée à partir du port de Matane.

Les Métaux canadiens sont, par ailleurs, toujours à la recherche de partenaires stratégiques pour établir un usine de transformation de la silice à Baie-Comeau. Bien que l’entreprise vise une mise en production dans trois ans « si les astres sont alignés », précise Hubert Vallée, il manque toujours un investisseur ou un « partenaire stratégique » comme préfère le dire le président et chef des opérations.

Source: ICI Radio Canada, 05-12-2017

Nouveau Monde Graphite fournit une mise à jour sur la construction de son usine de démonstration

Nouveau Monde Graphite Inc. est heureuse d’annoncer l’achèvement de plusieurs jalons en vue de la construction de son usine de démonstration. Les jalons importants incluent : la réalisation d’une étude d’ingénierie pour l’Usine de démonstration et l’obtention des permis, des autorisations et du financement nécessaire à la première étape de la réalisation du projet de l’Usine de démonstration. De plus, Nouveau Monde a procédé à la signature d’un bail de location à court terme, débutant en novembre 2017 avec la compagnie Louisiana Pacific, propriétaire de l’édifice où sera construite l’usine de démonstration. Le bail prévoit l’accès à une zone d’une superficie de 40 000 pieds carrés à l’intérieur de l’édifice. L’usine de la compagnie Louisiana Pacific est localisée à 6 km de la zone Ouest du dépôt minier de graphite de Nouveau Monde.

L’Usine de démonstration, qui comprendra une chaîne complète de traitement du graphite naturel, vise à effectuer une première transformation du minerai en libérant et en concentrant les paillettes de graphite naturel. Des commandes pour l’achat d’équipements à long délai de traitement ont été passées auprès des fournisseurs. Cette première phase de production de concentré de graphite est prévue pour l’été 2018.

L’Usine de démonstration de Nouveau Monde sera aménagée sur une propriété industrielle à Saint-Michel-des-Saints et aura une capacité d’alimentation de minerai brut de 3,5 t/h pour produire un concentré de graphite, un graphite sphéronisé purifié ainsi qu’un graphite micronisé. Elle sera en opération sur une base de 5 jours par semaine, 24 heures par jour. Sa durée de vie opérationnelle anticipée est de deux ans. Elle sera alimentée par la minéralisation du gisement de la zone Ouest située sur la propriété de graphite Matawinie appartenant à Nouveau Monde.

Source: Marketwired, Nouveau Monde Graphite, 04-12-2017

Johnson Electric compte investir 350 M$ en Ontario

La première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, dit que Johnson Electric compte investir plus de 350 millions de dollars dans de nouveaux équipements et pour son expansion en Ontario, ce qui, selon elle, devrait entraîner la création de 326 emplois.

Kathleen Wynne, qui mène une mission commerciale en Chine et au Vietnam, a fait cette annonce de Hong Kong, où se trouve le siège de Johnson Electric.

Selon la première ministre, la compagnie, qui fabrique des moteurs électriques et des pièces mécaniques pour l’industrie de l’automobile, investira dans la région de Toronto.

Elle a précisé que l’Ontario s’est engagé à verser 24,1 millions de dollars du Fonds pour l’emploi et la prospérité à Johnson Electric.

Source: ICI Radio Canada, 02-12-2017

Charlevoix: bar ouvert sur les heures supplémentaires

Les entreprises ont de la difficulté à pourvoir les emplois. Le taux de postes vacants est à un niveau jamais vu depuis 2004. Loin de se résorber, la pénurie de main-d’œuvre va s’accentuer avec la retraite des baby-boomers. Les entreprises doivent rivaliser pour séduire les candidats.

Il y a du Charlevoix dans les Airbus A380 de la compagnie Etihad Airways, reconnue mondialement pour le luxe de ses appareils. Mais cette fierté ne suffit pas à attirer des travailleurs chez Fibrotek, à Clermont, qui pourrait doubler son chiffre d’affaires demain matin.

« Ça fait deux ans qu’on est à la recherche au Québec de machinistes pour travailler sur des machines cinq axes, mais je n’ai personne. On a fait une demande au Brésil et en 15 jours, j’ai reçu au-dessus de 800 CV. J’ai choisi cinq candidats. On est en processus pour les faire venir. Le problème, c’est que j’en ai besoin maintenant, pas dans huit mois. »

Luc Tremblay, président et fondateur de Fibrotek, a acquis une renommée mondiale dans la fabrication de moules servant à fabriquer des intérieurs d’avion et de pièces en fibres de carbone pour l’industrie automobile.

« J’ai un client qui veut ramener au Canada le travail qu’il fait faire en Angleterre, mais je ne peux pas dire oui, car ça me prendrait 200 personnes de plus. Ça me fait mal au cœur. J’essaie de ne pas y penser. »

Même si l’entreprise a investi 3 millions $ depuis deux ans pour automatiser l’usine, avec le soutien d’Investissement Québec, cela n’est pas suffisant.

M. Tremblay pourrait être éventuellement contraint de transférer une partie de la production au Mexique.

Source : Journal de Québec, 01-12-2017.

Une croissance fulgurante pour Usinage numérique HB!

L’entreprise Usinage numérique HB, de Dolbeau-Mistassini, a le vent dans les voiles. À peine quatre ans après s’être construite en neuf, voilà qu’elle a plus que doublé sa superficie.

Il s’agit d’un investissement de l’ordre de 600 000 $, réalisé par les propriétaires Hermel Bujold, Vincent Girard et Pierre Thériault.

L’agrandissement, qui a été complété ces derniers mois, permettra d’accueillir de nouveaux équipements et de faire plus de place pour la ligne d’assemblage du Rapid Strap, un produit développé par l’entreprise, qui connaît du succès dans le marché du camionnage.

C’est beaucoup de chemin parcouru depuis 2005, quand Hermel Bujold s’est lancé en affaires, dans le petit local situé à l’angle de la rue des Peupliers et de la 8e avenue.

Il avait alors un employé avec lui. L’entreprise en compte désormais 15.

«Nous avons fait le saut ici dans nos nouveaux locaux en 2013. Mais entretemps, All-Tech m’a donné une bonne chance en m’hébergeant pendant deux ans, à un bon prix, le temps que je sois prêt à me construire», souligne Hermel Bujold.

Les propriétaires Pierre Thériault, Hermel Bujold et Vincent Girard.

Dans 40 pays

Mine de rien, les pièces usinées à l’atelier d’Usinage numérique HB se retrouvent un peu partout dans le monde.

«On fait surtout de la pièce de consommable dans les usines. On travaille partout au Québec et au Canada, mais il y a des pièces fabriquées ici à Dolbeau-Mistassini qui sont destinées à voyager dans une quarantaine de pays!»

Rapid Strap

Si l’activité de tous les jours d’Usinage numérique HB est de fabriquer des pièces de toutes sortes, l’entreprise voit beaucoup de potentiel dans son Rapid Strap, un produit qui a été mis au point au cours des dernières années.

Le Rapid Strap est un produit développé et breveté par Usinage numérique HB.

Il s’agit essentiellement d’un module que l’on peut installer sur une perceuse et qui permet d’enrouler rapidement une courroie. Pensé à l’origine pour les camionneurs, cet outil leur permet de sauver beaucoup de temps de manipulation.

Hermel Bujold précise que son entreprise s’est rendue dans plusieurs expositions de camionnage, dont le Texas Trucking Show et que son produit y est très bien reçu.

«C’est l’une des raisons pour laquelle on a agrandi. Il nous fallait de l’espace pour une ligne d’assemblage pour le Rapid Strap et nous avons aussi d’autres projets qui s’en viennent.»

Source: Le Nouvelles Hebdo, 30-11-2017

Partagez cet article : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone