Les bonnes nouvelles de l’industrie

Arcelor Mittal, Projet Monorail, Quadra Plast, Molson, Pacific Regional Institute for Marine Energy Discovery, A&S Sayer, Electro Saguenay, Pexal Tecalum, Est du Québec, iGoutte, Canac, La Laiterie de l’Outaouais, Microbrasserie Riverbend, Go Usinage, CMAC-Thyssen

Arcelor Mittal veut optimiser son usine de bouletage

Dans les prochaines semaines, le géant minier complètera le projet d’optimisation de sa mine de Fire Lake, dont la production passe de 7 à 15 millions de tonnes de minerai de fer annuellement. ArcelorMittal y a investi 100 millions de dollars, en plus d’y embaucher une cinquantaine de personnes.

Mais les projets de la minière ne s’arrêtent pas là. Elle mène présentement des études d’ingénierie quant à la possibilité d’augmenter de 400 000, ou 500 000 tonnes la production de boulette de fer annuelle à son usine portcartoise.

L’installation célèbre d’ailleurs ses 40 ans cette année, avec un record de production qui dépassera les 10 millions de tonnes.

Les nouvelles sont bonnes dans le monde minier, alors que Minerai de fer Québec confirmait récemment la relance de la mine du lac Bloom pour février 2018.

Source : Le Nord Côtier, 27-11-2017

Lien rapide entre Québec et Montréal: le projet de monorail remis sur la table

Dimanche, le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, s’est engagé à lancer un appel de projets s’il est réélu en 2018 afin de créer un nouveau lien rapide entre Québec et Montréal.

Une nouvelle qui réjouit Patrick Leclaire, le président de COOP MGV, une coopérative de recherche et de développement créée en 2015. «En Amérique du Nord, on n’a pas de transport en commun à grande vitesse. Il serait temps d’en avoir un», a-t-il déclaré au «24 Heures».

Le monorail de la coop, qui serait suspendu dans les airs, filerait à 250 km/h, réalisant ainsi le trajet entre la métropole et Québec dans un délai d’une heure.

Si ce projet de plus de 3 milliards $ va de l’avant, Patrick Leclaire estime qu’il pourrait être réalisé dans un horizon de 7 à 10 ans.

Source : Journal de Montréal, 27-11-2017

L’absence de main-d’œuvre prive Quadra Plast de plus d’un million $

Selon Sébastien Duguay, la PME fondée en 1991 perd maintenant au moins un million $ de ventes aux États-Unis chaque année en raison de son manque cruel de travailleurs. Des machines d’une valeur de 1,5 million $ ont dormi dans l’usine au cours de l’année.

M. Duguay cherche désespérément des employés qualifiés pour faire fonctionner ses appareils qui font des pièces de portes, de fenêtres et de piscines.

La PME dont le chiffre d’affaires dépasse les 10 millions $ affirme même que le manque de personnel l’a obligée à faire travailler près de la moitié des employés… en pleine semaine des vacances de la construction.

Comme beaucoup de PME, Quadra Plast veut maintenant miser sur l’automatisation, une transformation engendrera toutefois des coûts, explique Sébastien Duguay.

Source : Journal de Montréal, 27-11-2017

Molson confirme que sa nouvelle brasserie sera à Saint-Hubert

Molson Coors a choisi Longueuil pour construire sa nouvelle brasserie alors que l’entreprise avait déjà décidé de ne pas moderniser celle ayant ouvert ses portes en 1786 sur la rue Notre-Dame Est, à Montréal.

Le brasseur annonce mardi à ses employés que le terrain en question, qui fait l’objet d’une offre d’achat, est situé dans l’arrondissement de Saint-Hubert, à proximité de l’Agence spatiale canadienne et de l’aéroport de Saint-Hubert.

En juillet dernier, Molson avait fait part de son intention de construire une nouvelle brasserie, ce qui pourrait constituer un investissement de 500 millions de dollars, sans toutefois dévoiler le site du futur complexe brassicole.

Source : La Presse Affaires, 28-11-2017

Un investissement de 2,4 millions de dollars dans les technologies océanologiques propres pour apporter des solutions écologiques et durables en matière de génération d’électricité

Le député Wilkinson a annoncé un investissement de 1,4 million de dollars provenant de DEO pour l’établissement d’un centre de recherche sur l’énergie marine, le Pacific Regional Institute for Marine Energy Discovery (PRIMED), à l’Université de Victoria. L’institut, dirigé par l’ingénieur mécanique Brad Buckham, Ph. D., soutiendra la mise au point et la commercialisation de technologies d’énergie marine renouvelable (EMR).

L’établissement d’une industrie solide en matière de technologies propres, grâce à des investissements dans l’EMR, contribuera à soutenir l’adoption de technologies de remplacement et à créer des emplois bien rémunérés pour la classe moyenne canadienne.

L’Université de Victoria profitera aussi d’un investissement d’un million de dollars offert conjointement par la Dennis and Phyllis Washington Foundation et Seaspan Shipyards. Cet investissement soutiendra des modèles d’enseignement novateurs et les travaux de recherche sur la technologie électrique hybride dirigés par Zuomin Dong, Ph. D., en génie mécanique, pour la mise au point de solutions de transport plus propres et moins nocives pour l’environnement.

Faits en bref

•Une contribution de 1 498 000 dollars soutiendra l’aménagement des zones de travail du PRIMED, la création d’une plateforme de services computationnels et la prestation de services.

•Environ 190 sites potentiels de production d’énergie marémotrice ont été relevés le long des côtes canadiennes, pour une capacité estimée totale de 42 000 MW (énergie moyenne totale des vagues par an), soit plus de 63 p. 100 de la consommation annuelle totale du Canada.

•L’investissement de Seaspan s’inscrit dans le cadre de ses obligations relatives à la Politique des retombées industrielles et régionales découlant de sa participation au programme de navire de soutien interarmées de la Stratégie nationale de construction navale. Le soutien à la recherche-développement sur les technologies propres est une priorité du Plan pour l’innovation et les compétences du Canada.

Source : Diversification de l’économie de l’Ouest Canada, 16-11-2017

Un investissement pour A&S Sayer de Pierreville

L’Atelier d’usinage A&S Sayer de Pierreville vient de faire l’acquisition d’une fraiseuse numérique CNC qui lui permettra d’augmenter considérablement son volume de production. Un investissement de 128 250$ qui permettra le maintien de trois emplois.

Le financement du projet est complété par l’entreprise ainsi que par la Société d’aide au développement de la collectivité de Nicolet-Bécancour (SADC) et Desjardins Entreprises Centre-du-Québec (Nicolet).

Source : Le Courrier Sud, 26-11-2017

Contrat de 6 M$ pour Électro Saguenay

Électro Saguenay décroche un important contrat d’environ 6 M$ pour le démantèlement de lignes de transport d’Hydro Québec dans les régions de la Capitale nationale et de Charlevoix. Au total, c’est un tracé de plus de 100 kilomètres inutilisés par la société d’État qui sera démonté à compter du mois prochain.

En entrevue, le directeur de projets chez Électro Saguenay, Maxime Fleury, a confirmé que cet important contrat de 5 927 016 $ permettra de stabiliser les emplois au sein de l’entreprise spécialisée dans la construction, l’entretien et la modification de réseaux électriques.

Les travaux débuteront au cours du mois de décembre.

Source : Informe Affaires, 23-11-2017

Le projet de relance de Pexal Tecalum va bien

Après un démarrage difficile marqué par une fermeture complète, Pexal Tecalum semble avoir le vent dans les voiles. Armée d’une dizaine d’employés, l’entreprise spécialisée en fabrication de pièces d’aluminium, par le procédé d’extrusion, a décroché plusieurs contrats dans la région et ailleurs dans le monde. Si tout se déroule comme prévu, Pexal Tecalum devrait atteindre sa pleine capacité de production pour un quart de travail dans les prochains mois.

Source : Le Quotidien, 23-11-2017

Pénurie de main-d’oeuvre dans l’Est du Québec

Des entreprises et des organismes publics de l’Est du Québec ont encore du mal à recruter des travailleurs spécialisés, ce qui confirme que la pénurie de main-d’oeuvre demeure une réalité dans nos régions.

Le manque de ressources spécialisées se fait sentir dans des milieux de travail très variés.

C’est le cas chez Produits Métalliques AT, un manufacturier d’équipements de déneigement et de bennes basculantes à Matane.

L’entreprise doit faire des pieds et des mains pour trouver des soudeurs, des soudeurs-monteurs et des techniciens en dessin industriel.

Pour régler ce problème, les employeurs augmentent leurs efforts de recrutement en affichant les postes disponibles sur de nombreuses plateformes et en participant à des salons spécialisés.

Ils peuvent aussi ajuster leurs conditions de travail, mais avec si peu de travailleurs disponibles, la compétition devient parfois forte entre les employeurs d’une même région.

Source : ICI Radio Canada, 22-11-2017

iGoutte sur une lancée

La microroulotte iGoutte, conçue au Saguenay-Lac-Saint-Jean, continue de représenter fièrement la Vallée de l’aluminium alors que la jeune entreprise connaît une demande grandissante et qu’elle vient de lancer un nouveau modèle.

Le produit se distingue par une carrosserie fabriquée totalement en aluminium, ce qui lui permet de peser moins de 400 livres et d’être tiré par un véhicule Can-Am Spyder ou une petite voiture. Les fondateurs de la iGoutte, Sylvie Lespérance et Rémy Lefebvre, avaient organisé une soirée spéciale jeudi soir à La Pulperie de Chicoutimi pour présenter leur image de marque et leur site Web renouvelés, ainsi que le modèle Édition limitée.

Pour l’instant, iGoutte fait affaire avec deux distributeurs, mais l’entreprise vise d’en avoir cinq dans la province dans la prochaine année.

Source : Le Quotidien, 17-11-2017

Canac déménagera son siège social dans Lebourgneuf

Les prochains mois s’annoncent très occupés pour le Groupe Canac qui déménagera dans son nouveau siège social dans Lebourgneuf et ouvrira une succursale à Saint-Augustin-de-Desmaures, a appris Le Soleil.

Au total, ce sont 12 millions $ qui seront déboursés par la chaîne de quincaillerie d’ici le printemps prochain.

En 2015, M. Laberge annonçait que son entreprise s’était dotée d’un budget de 100 millions $ sur cinq ans pour entre autres moderniser certaines succursales à travers la province, ouvrir un centre de distribution à Drummondville, ainsi que construire de nouveaux magasins dans la périphérie de Montréal. L’investissement devrait permettre la création d’environ 600 emplois.

Source : Le Soleil, 29-11-2017

Plus de 15 G$ d’investissements d’ici 2025 dans le bioalimentaire

Dans sa future politique bioalimentaire, qui verra le jour en février 2018, le gouvernement du Québec veut favoriser les investissements dont la cible est fixée à 15 G$ d’ici 2025.

À eux seuls les éleveurs de porcs du Québec ont des projets sur la table pour une valeur d’un milliard de dollars pour les dix prochaines années. Près de 400 M$ sont en voie de réalisation dans le secteur de la transformation, mais pour ce qui est de la production, on s’attend à recevoir un coup de pouce de l’État.

Source : Le Journal de Québec, 17-11-2017

La Laiterie de l’Outaouais pourra poursuivre sa croissance, accroître sa productivité et développer de nouveaux produits

La Laiterie de l’Outaouais inc. se voit accorder une aide financière de 382 000 $, sous forme de contribution remboursable, pour assurer sa croissance.

L’entreprise, fondée en 2007, a débuté sa production en 2010 et compte maintenant 28 employés. Elle produit du lait pasteurisé dans différents formats, du lait au chocolat, du lait sans lactose, de la crème et du beurre. La laiterie compte plus de 270 points de vente en Outaouais (grandes surfaces, épiceries et dépanneurs) et a même réalisé quelques percées à Ottawa. Les fonds consentis en vertu du Programme de développement économique du Québec de DEC permettront à l’entreprise d’acquérir de nouveaux équipements et de développer de nouveaux produits.

Source : Développement économique Canada, 28-11-2017.

La Microbrasserie Riverbend en forte croissance

L’équipe de Riverbend a triplé dans la dernière année. Les propriétaires n’excluent pas l’embauche d’autres personnes au cours des prochaines années.

De trois salariés en 2015 à 12, deux ans plus tard, la Microbrasserie Riverbend est en forte croissance. Le microbrasseur almatois, qui vient récemment de célébrer son deuxième anniversaire, a doublé sa capacité de brassage, en plus d’avoir triplé son équipe dans la dernière année.

En entrevue pour Informe Affaires, le copropriétaire de la Microbrasserie Riverbend, Sébastien Morasse, précise que l’organisation a récemment dû procéder à une augmentation de la production. « Nous avons investi dans les derniers mois pour doubler notre capacité de brassage. Je dois avouer que nous utilisons tous les pieds carrés de nos installations. Dans un horizon de deux ans, l’augmentation de notre superficie n’est pas exclue. Nous prévoyons procéder à d’autres investissements, mais nous y allons progressivement afin de ne pas nuire à nos opérations », a-t-il souligné.

En plus du nombre d’employés qui vient de tripler, le nombre de détaillants des produits a doublé depuis l’ouverture de l’organisation.

Source : Informe Affaires.com, 28-11-2017

GO Usinage poursuit son expansion

GO Usinage est victime de son succès. Son carnet de commandes est garni à un point tel que l’entreprise de Trois-Pistoles doit procéder à un agrandissement.

L’entreprise se spécialise surtout en soudure, en usinage et en hydraulique. Elle fabrique et répare aussi des pièces de très haute qualité, à forte valeur ajoutée. Une niche qui, au cours des prochaines années, devrait vivre une forte expansion.

C’est aussi la seule entreprise du Bas-Saint-Laurent qui offre une certaine méthode de trempage des métaux qui permet d’augmenter la résistance et la durabilité des pièces.

L’entreprise a acheté l’ensemble du bâtiment dans lequel elle est actuellement installée, rue Patrice-Côté. L’agrandissement des installations doit être achevé au printemps 2018.

Source : ICI Radio Canada, 29-11-2017

Dans une nouvelle usine, le manufacturier CMAC-Thyssen pourra compter sur de nouveaux équipements pour améliorer sa productivité et poursuivre son expansion

Le manufacturier CMAC-Thyssen se voit accorder une aide financière de 1 202 485 dollars, sous forme de contribution remboursable, pour acquérir et installer des équipements dans sa nouvelle usine, ce qui aura pour effet d’augmenter sa capacité de production et sa productivité.

Fondé en 1997, le manufacturier CMAC-Thyssen occupe, 20 ans plus tard, une place de choix dans la chaîne de valeur des grands donneurs d’ordre du secteur minier. La filiale abitibienne de ce groupe minier mondialement reconnu est spécialisée dans la fabrication et la commercialisation d’équipements et de pièces requises dans le cadre d’opérations minières souterraines dans les gisements filoniens.

Les fonds consentis en vertu du Programme de développement économique du Québec de DEC permettront notamment à l’entreprise de se doter d’équipement de manutention, d’une chambre à peinture, d’une chambre à sablage et de compresseurs.

Source : Développement économique Canada, 29-11-2017

 

Partagez cet article : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone