Les bonnes nouvelles de l’industrie

KDC, Bombardier, Rio Tinto, Stornoway, Blais Industries, Falco, Sandvik Val-d’Or, Mine Westwood, Groupe MISA, Atelier Kustom

KDC poursuit ses emplettes, franchit le milliard de revenus

Le chef de file québécois de la fabrication de produits de soins personnels, KDC, poursuit ses emplettes et vient de franchir le milliard de dollars de revenus, avec l’acquisition du spécialiste américain des parfums d’ambiance et produits parfumant pour la maison Aromair Fine Fragrance.

KDC souligne qu’Aromair est un chef de file des systèmes de traitement de l’air avec une envergure et une capacité inégalées. Établie à New Albany, en Ohio, elle compte 200 employés et possède des installations totalisant 140 000 pieds carrés. En plus de partager des valeurs similaires à KDC, Aromair ajoute une catégorie de produits qui offre de nouvelles occasions de croissance à la société.

Cette transaction, qui comprend des investissements de 140 M$, contribue à porter son chiffre d’affaires annuel à plus de 775 M$ US ou près de 1 G$ CA.

Cette acquisition s’ajoute aux nombreuses autres transactions réalisées par KDC depuis 2014, avec l’appui financier de la Caisse de dépôt et placement du Québec, du Fonds de solidarité FTQ, d’Investissement-Québec, du Fondaction CSN, d’EDC et d’autres partenaires institutionnels.

Source : Les Affaires, 13-11-2017

CSeries: une commande potentielle de 2,2 G$ US pour Bombardier

Bombardier vient d’ajouter un nouveau client à sa famille d’avions CSeries en signant une lettre d’entente avec Egyptair pour 12 appareils avec une option pouvant faire doubler la taille du contrat.

L’annonce a été effectuée mardi dans le cadre du Salon aéronautique de Dubaï. Elle vient confirmer la nouvelle diffusée par LesAffaires.com il y a trois semaines.

Selon les prix courants, la portion ferme du contrat est évaluée à 2,4 G$ US.

Source : Les Affaires, 14-11-2017

Un système de protection anti-chutes en aluminium conçu pour la Garde côtière

La Garde côtière canadienne a fait appel aux Équipements JPB pour doter un de ses navires, le NGCC Griffon, d’un nouvel équipement de protection contre les chutes en aluminium.

Le mandat de la firme montréalaise comprenait la conception, l’ingénierie, la fabrication et l’installation d’un système anti-chutes autour de la timonerie du brise-glace. Cet équipement essentiel protège les employés chargés du nettoyage des fenêtres du poste de pilotage, une tâche qui doit être effectuée fréquemment.

Le système de rail rigide créé par Les Équipements JPB est entièrement fabriqué d’aluminium 6061T6. Il est muni d’un chariot-coulisseau permettant aux membres d’équipage de se déplacer sous la couronne de la timonerie en toute sécurité, sans jamais avoir à se détacher; une importante amélioration par rapport au système précédent.

La Garde côtière est tellement satisfaite de sa collaboration avec Les Équipements JPB que les responsables d’un autre navire, le NGCC Martha L. Black, ont déjà approché l’entreprise pour équiper le brise-glace léger d’un système de rail rigide en aluminium similaire à celui du Griffon; comme quoi une réussite en entraîne souvent une autre!

Source : Aluquebec, 11-2017

Rio Tinto injecte 40 M$ à l’usine Grande-Baie

Rio Tinto investit 40 millions de dollars à l’usine Grande-Baie. Ce montant permettra d’accroître la production de 9000 tonnes d’aluminium par année.

L’investissement va consolider les emplois actuels, sans toutefois en créer de nouveaux. L’élimination de 80 postes sur 3 ans à l’aluminerie de Grande-Baie est toutefois maintenue.

Les travaux visent à augmenter l’ampérage des salles de cuves et à améliorer le système informatique qui contrôle ces installations. La production supplémentaire se fera graduellement à partir de janvier 2018.

Source : ICI Radio Canada, 14-11-2017

Québec autorise la phase 1 de « Vaudreuil au-delà de 2022 »

Le ministère du Développement durable Environnement et Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) a délivré deux certificats d’autorisation (CA) pour la phase 1 du projet  » Vaudreuil au-delà de 2022  » de Rio Tinto. Les deux CA ont été accordés pour la «Construction d’une usine de filtration de résidus de bauxite et aménagements connexes » et la « Construction d’un nouveau site de résidus de bauxite, secteur G ».

Il s’agit d’une nouvelle de première importance pour la région, puisque la réalisation du projet de RT assurera la survie à long terme de la raffinerie de bauxite de Saguenay. Toutefois pour aller de l’avant Rio Tinto devra compléter l’étude de faisabilité et l’ingénierie du projet. Ces deux étapes complétées, qui sont évaluées à plus de 200 M$, permettront de prolonger la vie de l’usine jusqu’en 2047 et de préserver près de 1000 emplois dans la région. Cela sans compter que leur réalisation aura des répercussions importantes pour l’économie régionale.

Rio Tinto projette d’implanter une nouvelle technologie d’assèchement des résidus de bauxite par filtration industrielle. À ces éléments s’ajoute la construction des infrastructures connexes requises pour le projet, incluant une ligne électrique et la construction de routes.

La construction de l’usine de filtration débuterait en 2018, avec une mise en service progressive à partir de l’automne 2019 jusqu’en 2020.

Les travaux de construction du nouveau SDRB débuteraient en 2024 et se feraient de manière progressive, jusqu’à la mise en service autour de 2027.

Rio Tinto étudie également la possibilité de donner une seconde vie aux résidus de bauxite. L’entreprise a récemment conclu un partenariat qui pourrait mener à la valorisation potentielle de résidus de bauxite de l’usine Vaudreuil. La multinationale et GMR investissent ensemble 6 M$ dans la mise en place d’une unité de démonstration à l’intérieur de l’aluminerie.

Source : Informe Affaires, 10-11-2017

Stornoway : la mine Renard est en mode embauche

La première mine québécoise de diamants vient de fêter sa première année d’exploitation et prévoit continuer d’embaucher au cours des prochains mois.

La mine Renard, située à 350 kilomètres au nord de Chibougamau, effectuera une transition entre une exploitation à ciel ouvert et une exploitation souterraine dans les prochains mois. Ce qui nécessite un ajustement à la hausse de l’effectif.

Source : La Presse Plus, 14-11-2017

Blais Industries recherche 20 mécaniciens… à qui offrir une formation rémunérée!

Les initiatives se multiplient en Abitibi-Témiscamingue pour attirer des travailleurs dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre. À Rouyn-Noranda, l’entreprise Blais Industries innove pour tenter de pourvoir des postes de manœuvre en mécanique. L’entreprise offrira, dans les prochaines semaines, un programme de formation rémunérée pour ses propres travailleurs.

Blais Industries agit régulièrement comme sous-traitant dans l’industrie minière. L’entreprise œuvre dans plus d’une quinzaine de pays et emploie de 300 à 600 travailleurs. Pour répondre à ses besoins de main-d’œuvre, l’entreprise cherche 20 candidats qu’elle va former sur une période de six semaines. Au terme de cette formation rémunérée, les candidats seront engagés au sein de l’entreprise.

À Val-d’Or aussi, le défi de la main-d’œuvre est criant. Le commissaire industriel à la Corporation de développement industriel de Val-d’Or, Jean-Yves Poitras, affirme qu’on approche de la catastrophe. « La pénurie de main-d’œuvre, elle n’est pas juste dans des métiers de haut niveau, elle est à la base même de nos travailleurs », s’alarme-t-il.

Source : ICI Radio Canada, 10-11-2017

Contrat de 60 M$ entre Falco et Sandvik Val-d’Or

En vertu d’un accord d’une valeur d’environ 60 M$, Sandvik Val-d’Or fournira à Falco une flotte de 34 véhicules miniers, dont 10 chargeuses-navettes.

Ressources Falco a franchi une nouvelle étape dans le développement du projet Horne 5 en signant un accord avec Sandvik Mining & Rock Technology de Val-d’Or en vertu duquel cette dernière deviendra son fournisseur privilégié de véhicules miniers.

D’une valeur d’environ 60 M $, l’entente couvre aussi bien la phase de développement que celle de la production commerciale. Les premiers véhicules devraient être livrés en 2020.

«Sandvik nous fournira aussi une solution complète d’automatisation qui améliorera l’efficience de nos installations durant la phase opérationnelle», a mentionné Luc Lessard, PDG de Falco.

L’accord comprend d’ailleurs la fourniture, l’installation et le démarrage d’AutoMine, un système d’automatisation développé par Sandvik.

Source : La Frontière, 10-11-2017

La mine Westwood double sa production d’or

En l’espace d’une année, la mine Westwood a plus que doublé sa production d’or.

Le rapport trimestriel publié par Iamgold indique qu’au 30 septembre, la mine de Preissac avait produit 33 000 onces d’or. À pareille date en 2016, la production avait totalisé 16 000 onces d’or. Iamgold impute essentiellement ce bond de 106 % à l’accélération du développement vers le rythme de production optimal, ce qui a entraîné une hausse du nombre de tonnes de minerai extraites et traitées à l’usine.

Pour leur part, les coûts de production sont passés de 888 $ US à 819 $ US l’once. Il s’agit d’une amélioration de 8 %, là aussi due aux efforts consacrés vers l’atteinte du niveau optimal de production ainsi qu’à l’augmentation du nombre d’onces d’or vendues.

Source : La Frontière, 10-11-2017

Secteur minier – Plus de 72 000 $ attribués au Groupe MISA pour l’organisation d’activités de maillage 

Le Groupe MISA (Mines, Innovations, Solutions, Applications) organisera des activités de maillage réunissant des experts de l’industrie minière et plusieurs acteurs de la filiale minérale québécoise, afin de trouver des solutions aux différentes problématiques et aux enjeux qui touchent l’industrie. Le Groupe MISA recevra 72 472 $ de la part du gouvernement du Québec pour réaliser cette initiative, évaluée à 168 487 $ et issue de son plan d’action 2017-2018.

Les activités de maillage comprennent deux volets. Le premier vise à organiser trois événements de mobilisation, soit les conférences et ateliers Minière numérique et Mine 4.0 lors du congrès Québec Mines 2017, ainsi qu’une activité de travail interactif durant le Symposium 2018 sur l’environnement et les mines. Réunissant prioritairement de grands donneurs d’ordres et des PME, ces événements proposeront des conférences et des activités visant à résoudre collectivement des problèmes de l’industrie.

Le deuxième volet consiste à organiser des rencontres avec cinq filières d’experts du Groupe MISA, qui se pencheront sur des enjeux et des projets de l’industrie ainsi que sur des initiatives collaboratives pouvant appuyer les efforts individuels des acteurs du milieu. Les cinq filières sont celles de l’énergie, de la géologie, du traitement du minerai, de l’extraction du roc et de l’environnement minier.

Source : Cabinet du ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises, à l’Allègement réglementaire et au Développement économique régional, CNW Telbec, 10-11-2017

Atelier Kustom pourra accroître sa productivité et augmenter sa capacité de production

Atelier Kustom inc. se voit accorder une aide financière de 57 000 $, sous forme de contribution remboursable, pour améliorer la productivité de l’entreprise et augmenter sa capacité de production.

Fondé en 2007, Atelier Kustom  est une entreprise qui se spécialise dans l’usinage, la conception et la fabrication de pièces et d’équipements en acier inoxydable sur mesure. Les fonds consentis en vertu du Programme de développement économique du Québec (PDEQ) de DEC permettront essentiellement à Atelier Kustom d’acquérir un équipement performant afin de mieux répondre à ses besoins opérationnels.

Source : Développement économique Canada, 10-11-2017

 

Partagez cet article : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone