Le défi de Sixpro : fidéliser ses nouveaux employés

Pour conserver sa main-d’oeuvre, la PME de 215 employés doit trouver des façons de se démarquer de ses concurrents

« La problématique de rétention concerne surtout les employés qui sont dans l’entreprise depuis moins d’un an, parce que chez les plus anciens, le taux est vraiment bon, précise Sonia Marchand, directrice des ressources humaines. Les postes à l’embauche sont des postes de journaliers. Et comme il y en a dans toutes les entreprises de la région, nous nous battons tous un peu pour la même main-d’œuvre ».

Il ne faut pas oublier le « facteur distance ». L’entreprise se trouve à Notre-Dame-du-Bon-Conseil, à 30 minutes de Drummondville et de Victoriaville, et il n’y a pas de transport en commun.

Pour trouver des solutions, la PME a entrepris une démarche de marque employeur. « C’est un diagnostic sur l’organisation dans le but de faire du marketing RH sur ce qui nous distingue », souligne Mme Marchand.

Un problème généralisé

Près d’un répondant sur deux (46 %) au Baromètre industriel québécois affirme avoir connu un problème très important ou assez important de rétention de ses employés spécialisés en 2015. « Dans plusieurs régions du Québec, nos membres nous disent qu’ils ont du mal à recruter et à retenir de la main-d’oeuvre non spécialisée, telle que des journaliers ou des manutentionnaires », dit Richard Blanchet, PDG de STIQ, qui publie l’étude. « Cela peut s’expliquer par le faible taux de chômage dans certaines régions et le manque d’attractivité du secteur manufacturier ».

Source et article complet, Les Affaires

Partagez cet article : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone