7e édition du Baromètre industriel québécois : Baisse inquiétante des investissements chez les PME manufacturières québécoises

Publié le 5 mai 2016.

La 7e édition du Baromètre industriel québécois révèle que les PME manufacturières québécoises n’ont jamais aussi peu investi en équipement, en recherche et développement (R-D) et en technologies de l’information et des communications (TIC) depuis cinq ans

Pourtant, l’étude montre que les entreprises qui investissent plus que la moyenne ont une meilleure performance. Le baromètre souligne également l’importance de développer les marchés extérieurs et met en lumière le problème récurrent du recrutement de la main-d’œuvre spécialisée.

La vitalité des entreprises passe par les investissements. Les entreprises qui investissent en achat d’équipement, en R-D, en TIC et en formation au Québec démontrent une plus grande augmentation de leur chiffre d’affaires, ont une plus forte probabilité de vendre à l’international et d’établir des partenariats avec d’autres PME. Fait intéressant, les entreprises qui investissent plus de 5 % de leur chiffre d’affaires en achat d’équipement ont une augmentation plus importante du nombre d’employés que celles qui y investissent moins de 2 %, soit respectivement 41 % contre 25 %.

« Grâce aux résultats du baromètre, on constate que les investissements en achat d’équipement ne se traduisent pas forcément par des pertes d’emplois, bien au contraire. Cela vient contredire certaines idées reçues. Investir dans les équipements permet d’être plus compétitif et d’obtenir de nouveaux contrats qui engendrent la création d’emplois. Le vrai danger pour les emplois à moyen terme, c’est le sous-investissement », souligne M. Richard Blanchet, président-directeur général de STIQ.

Ces résultats traduisent à quel point l’investissement est un élément indispensable pour améliorer la compétitivité de nos industries et l’urgence de la situation. C’est en ce sens que M. Pierre Gabriel Côté, président-directeur général d’Investissement Québec, qui sera présent au dévoilement des résultats de la 7e édition du baromètre le 6 mai prochain, mentionne :

« Plus que jamais, la relance du secteur manufacturier innovant sera au cœur de notre action. Nous appuierons les entreprises manufacturières dans ce virage innovant en collaboration avec nos partenaires, dont STIQ. Nous devons encourager les entreprises à prendre ce virage afin qu’elles soient plus compétitives. Notre rôle est celui d’un levier qui permet aux projets de se réaliser ».

Dans un marché domestique où le potentiel de croissance est assez faible, développer les marchés extérieurs constitue une solution très intéressante pour les PME manufacturières qui souhaitent diversifier leur clientèle. Elles devront donc offrir un produit ou un service distinctif et très concurrentiel.

Le problème de recrutement de la main-d’œuvre spécialisée est toujours aussi important en 2015. Ainsi, 73 % des répondants considèrent le problème de recrutement de la main-d’œuvre comme étant très ou assez important et 46 % des participants au Baromètre disent connaître des difficultés de rétention de leurs employés spécialisés.

« Innover, exceller, rayonner hors de nos frontières. Les PME manufacturières québécoises ont démontré maintes fois qu’elles ont la capacité de se dépasser. Plus que jamais, leur succès futur sera tributaire de cette philosophie d’action », conclut M. Blanchet.

Pour consulter l’étude complète

Partagez cet article : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone