Varitron : un sous-traitant prolifique

L’entreprise fait son entrée officielle dans le monde des villes intelligentes

Le sous-traitant québécois en microélectronique a récemment formé un consortium avec l’entreprise française Sterela et s’est porté acquéreur en 2014 d’une entreprise techno américaine. Varitron tire déjà des bénéfices de cette association avec Sterela : pour répondre à la demande, la PME vient d’investir 3,5 millions (réaménagement des installations et achat de nouveaux équipements) à son usine de Granby, où 25 emplois seront créés.

« Notre association avec Sterela va nous ouvrir de nouveaux marchés. Notre stratégie est la suivante : EMM, une PME québécoise avec qui nous sommes également associés, s’occupera des ventes ; Sterela continuera à développer des produits et Varitron les fabriquera », explique Martial Vincent, chef de la direction de Varitron.

Selon Martial Vincent, les gens n’ont pas idée du talent québécois en matière de microélectronique. « On a un talent fou », lance-t-il. « Les produits de nos clients québécois sont présents dans les systèmes d’éclairage extérieurs de plusieurs villes européennes, dans les compteurs intelligents de Londres ou dans les autobus de Shanghai ».

Selon lui, les entreprises technos ont avantage à faire affaire avec des sous-traitants plus près d’elles et non pas à l’autre bout du monde. Le reshoring en est la preuve. Le marché mondial de la sous-traitance en électronique est actuellement de 460 milliards, soutient Martial Vincent. « Les ingénieurs et les manufacturiers doivent travailler côte à côte, dit-il. Les Allemands l’ont compris ».

Source et article complet : La Presse +, 22 février 2016

Pour avoir plus d’information sur Varitron, consultez le site Internet de l’entreprise au www.varitron.com

 

Partagez cet article : Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone